Des pâtes à l’arrière-goût d’homophobie

Un couple d’Italiens qui avait osé demander un plat de carbonara sans fromage pecorino dans un resto romain a découvert une insulte sur leur addition.

La digestion a dû être difficile pour un couple d’hommes qui était allé dîner jeudi soir dans une locanda du quartier de San Giovanni à Rome. En vérifiant leur addition à la fin du repas, ils ont trouvé une mention qui leur aura sans doute fait avaler leur espresso de travers. Sous la mention des rigatoni alla carbonara, il était précisé «pecorino non» (ils avaient effectivement demandé à ce que le fromage de chèvre soit remplacé par du parmesan) suivi de: «frocio si» («pédé oui»).

Quand les deux clients, choqués, ont exigé des explications, le garçon leur a répondu que c’était «une erreur de l’ordinateur». Le patron est alors intervenu et leur a proposé de passer l’éponge sur les 30 euros du repas. Mais selon les deux jeunes, qui ont raconté leur mésaventure à l’association Gay Center (relayé par «Il Giornale» et plusieurs autres journaux) personne ne leur a présenté des excuses. Le serveur leur aurait même reproché de faire un scandale devant les autres clients.

«Inadmissible»
«Ce qui s’est produit est très grave, a estimé le porte-parole du Gay Center, Fabrizo Marazzo. Et cela n’a rien de drôle: il est inadmissible qu’un couple gay ne puisse pas aller manger dans un restaurant de la capitale sans être insultés.» L’association a demandé à la maire de Rome rien de moins que de révoquer la licence de l’établissement pour discrimination.

Depuis lors, la locanda passe un très mauvais quart d’heure sur sa page Facebook, où affluent les avis d’internautes défavorables. La direction a néanmoins assuré qu’elle avait pris l’affaire très au sérieux et que le serveur impliqué avait été licencié sur-le-champ.

À lire également