Vague de soutien à un policier menacé à cause d’un baiser gay

Critiqué et insulté après avoir embrassé son copain dans le métro, un gendarme de São Paulo inspire une mobilisation de ses collègues LGBT dans les services de sécurité du pays.

#Somostodosprior, «Nous sommes tous Prior». La mobilisation s’organise dans les différents corps de sécurité brésiliens après la mésaventure survenue à un membre de la Police militaire de São Paulo. Leandro Prior, un gendarme de 27 ans, est victime d’insultes et de menaces de mort depuis qu’une vidéo privée où on le voit en uniforme embrasser un homme dans un métro de la ville a fuité sur les réseaux sociaux.

Certains des messages de haine émanent de collègues du jeune gendarme. «Il déshonore ma corporation. Il mérite la mort par lapidation. Saloperie de pédé!» écrivait l’un d’eux, membre des commandos de la police militaire, sur Facebook, fin juin (il a entre-temps démenti être l’auteur du post, affirmant que son compte avait été «hacké»). Le gouverneur de São Paulo, Márcio França, s’est mêlé de l’affaire, reprochant au soldat Prior d’avoir «manqué de respect» à l’uniforme: «Je ne vois pas le sens de porter son arme et son uniforme, et en même temps faire des gestes d’amour en public, que ce soit avec un homme ou une femme.»

Visibilité
Réagissant à la polémique, le Réseau national des professionnels LGBT de la sécurité, RenospLGBT, a lancé une campagne de soutien, et à travers elle, une grande opération pour la visibilité. Policiers, militaires, surveillants ou pompiers gays, lesbiennes et trans de tout le pays ont orné leurs photos sur les réseaux sociaux d’un arc-en-ciel. «L’objectif est, outre d’offrir notre solidarité à Prior, de montrer que nous sommes fièrement gay, car nous avons déjà fait l’expérience de situations analogues», explique Paulo Breno Agnes, agent pénitentiaire de São Paulo au site G1.

Prior, très affecté par l’affaire, a été mis en congé maladie, tandis que sa hiérarchie indique vouloir sanctionner les auteurs de menaces contre lui. Il s’est dit réconforté par la réaction de RenospLGBT. «Je trouve que cette une belle initiative, je suis flatté, a commenté Prior, contacté par G1. Cela montre que je ne suis pas seul.»

À lire également