Roumanie: Pas de quartiers pour Gigi!

En guise de promesse de campagne, un homme politique roumain annonce qu’il veut mettre les gays et les lesbiennes dans des quartiers spéciaux.

Un des hommes politiques les plus populaires du moment en Roumanie veut faire fermer les sex-shops et les clubs gays et «créer des quartiers pour les homosexuels et les lesbiennes, afin qu’ils y restent et nous laissent tranquilles.» Georges (Gigi) Becali, à la fois président du club de foot Steaua de Bucarest et, depuis 2004, du parti chrétien-démocrate «Nouvelle Génération», serait, selon de récents sondages, l’un des trois hommes les plus populaires et riches de Roumanie. Issu d’une famille liée au mouvement fasciste la Garde de Fer, il a depuis son arrivée fait glisser son parti du centre vers l’extrême droite, et se serait fait représenter au centre d’un tableau inspirée de la Cène de Léonard de Vinci (dans le rôle de Jésus…) Depuis quelques années, il multiplie les actions et les déclarations anti-roms et anti-gays, après avoir notamment fait monter les supporters de son club contre la gay pride de Bucarest, qualifiant la manifestation homosexuelle de «marche de Satan». Réagissant aux déclarations de Becali, l’association LGBT roumaine Accept a annoncé son intention de saisir le conseil national anti-discrimination, dans un pays qui a légalisé l’homosexualité depuis 2001.

À lire également