Guérisseurs de gay dans les petits papiers de la candidate à Downing Street

Andrea Leadsom, une des deux politiciennes en lice pour prendre la tête du gouvernement britannique, défend depuis plusieurs années un projet co-géré par un groupe missionnaire anti-gay.

On le sait depuis hier jeudi, une femme succédera cet automne au Premier ministre David Cameron. Le vote des militants conservateurs départagera la ministre de l’Intérieur Theresa May et la secrétaire d’Etat à l’Energie Andrea Leadsom. Or Buzzfeed et plusieurs autres médias rappellent les liens troubles que la seconde candidate entretient avec un groupe chrétien controversé.

Leadsom soutient depuis plusieurs années les échanges avec le Discovery Centre, un centre pour la jeunesse en Ouganda, qui organise rencontres et conférences. En 2013 devant le Parlement britannique, Leadsom avait vanté leur «stupéfiant succès» en dépit, selon elle, de la «sensibilité excessive aux questions culturelles et un laïcisme de plus en plus musclé, [qui] a pour effet de faire passer inaperçu le fantastique travail réalisé par les gens de foi, souvent pour les plus vulnérables».

Le Discovery Centre, dont un des credo est de «promouvoir les évangiles et le Royaume de Jésus-Christ», est co-géré par Youth With A Mission (connu en Suisse romande sous le nom Jeunes en Mission), une organisation missionnaire et humanitaire fondée par le pasteur californien Loren Cunningham et sa femme. Ses différentes activités, en Ouganda et dans une centaine de pays à travers le monde, comprennent des formations sur la «sexualité normale et anormale» et des séminaires destinés à «aider les personnes brisées… qui se débattent avec une orientation homosexuelle indésirable». Dans ses ouvrages, Loren Cunningham qualifie l’homosexualité de «péché» ou encore de «contrefaçon de l’amour».

Embrouillée
Pour ne rien arranger, Andrea Leadsom a souvent donné des réponses embrouillées et contradictoires sur les questions LGBT, notamment lors de l’ouverture du mariage à tous les couples au Royaume-Uni. Elle avait exprimé tour à tour des réserves au nom de ses convictions chrétienne et un soutien «absolu» à cette réforme. Questionnée dernièrement par le groupe des Tories LGBT sur un possible approfondissement des droits LGBT au Royaume-Uni, elles n’a «pas répondu malgré plusieurs demandes».

Pro-Brexit, Leadsom est considérée comme un outsider sérieux face à la candidate de consensus Theresa May.

À lire également