Jeunes gays empoisonnés au GHB: suspect sous les verrous

Un quadragénaire londonien aurait administré des doses mortelles de GHB à quatre victimes, contactées via des sites de drague gay.

La mort suspecte de quatre jeunes gays, entre juin 2014 et septembre dernier à Londres, serait en passe d’être élucidée. Un homme de 40 ans a été arrêté dimanche et présenté lundi devant la justice. Stephen P. aurait contacté ses victimes, âgées de 21 à 25 ans, via un site de rencontre gay afin de les attirer à son domicile. Il est soupçonné de leur avoir administré une dose mortelle de GHB, la «drogue du violeur», avant d’abandonner leurs corps dans le quartier. Trois cadavres avaient été retrouvés dans le jardin d’une église de Barking ou à proximité.

Le suspect, un ancien marin de la Royal Navy, possédait un profil d’escort. Sur les réseaux sociaux, il se disait toutefois diplômé d’Oxford et éducateur spécialisé. Ses parents, contactés par plusieurs médias britanniques, ont brossé le portrait d’un jeune homme calme et taciturne, le disant incapable de tels crimes.

À lire également