Mariage pour tous: l’Irlande du Nord esseulée

Alors que les Irlandais se sont massivement prononcés en faveur du mariage égalitaire au printemps dernier, les regards sont désormais tournés vers le voisin, l’Irlande du Nord.

Marc est protestant et Fergal catholique, mais leur amour leur a fait franchir depuis longtemps les «murs de la paix» qui séparent encore les deux communautés dans certains quartiers de Belfast. Ils manifestent ce jour-là dans les rues de la ville avec sur les épaules un pastiche arc-en-ciel des collerettes traditionnellement arborées par les loyalistes de l’Ordre d’Orange, une organisation très influente en Irlande du Nord.

En couple depuis cinq ans, les deux trentenaires ont prévu l’hiver prochain de célébrer leur union civile. A défaut de mariage. Après le «oui» massif des Irlandais (62%), au mois de mai dernier, lors du référendum sur le mariage pour tous, la région est désormais la seule dans les îles britanniques à ne pas reconnaître ce droit. Question de mentalité. «Il y a quelques minutes à peine, nous étions là, dans la rue, et l’un de nos amis a reçu un coup de poing dans la figure de la part d’un homme plus âgé, témoigne Marc. Si cela peut se passer devant des milliers de personnes, cela peut se passer n’importe où.»

Coorganisatrice de la manifestation, qui a rassemblé près de 20’000 personnes sous un beau soleil de juin, l’association LGBT Rainbow Project occupe un appartement discret dans le centre de Belfast. Une caméra de surveillance enregistre chaque fait et geste à l’entrée du bâtiment. Beaucoup d’homosexuels nord-irlandais sont encore contraints de vivre cachés pour vivre heureux. Le récent référendum en République d’Irlande a fait souffler un vent d’espoir de l’autre côté de la frontière, mais les militants de l’association ne veulent pas de vote populaire.

Unanimité
«Il existe quelques différences notables entre le sud et le nord, explique l’un de ses responsables, Gavin Boyd. Dans le sud, tous les partis politiques étaient derrière le oui. La campagne pour le non était donc plutôt mince et désorganisée. Ce ne serait pas le cas ici. Je pense même que les débats pourraient assez mal tourner. Une victoire du oui n’est pas non plus garantie. Certains sondages montrent qu’une majorité de Nord-Irlandais est en faveur du mariage homosexuel, mais je ne suis pas certain que cela se vérifierait dans les urnes.»

A l’initiative des Républicains du Sinn Féin, le Parlement nord-irlandais s’est déjà prononcé à quatre reprises sur la question depuis 2013. Les Unionistes du DUP y ont à chaque fois opposé leur véto. Seule solution donc: les tribunaux. Un couple marié en Angleterre a récemment demandé à la Cour européenne des Droits de l’homme que son union soit légalement reconnue en Irlande du Nord. La décision pourrait faire jurisprudence.

Dans le bastion loyaliste de Ravenhill, des drapeaux britanniques flottent fièrement au sommet des lampadaires. C’est ici, à l’est de la ville, que se trouvent les locaux de l’Alliance évangélique, un groupe de pression chrétien. Alors que l’Église a perdu de son influence dans le reste de l’île, David Smyth, le numéro deux de la branche nord-irlandaise, rappelle que le sentiment religieux est toujours fort dans la région, qui se remet péniblement de la période des Troubles.

L’affaire du gâteau gay
«Les deux communautés, catholiques et protestantes, placent la famille et le mariage au cœur de la société, assure le lobbyiste. Que l’on soit homosexuel ou hétéro, célibataire ou marié, tout le monde a un rôle important à jouer et tout le monde est égal aux yeux du Seigneur. Mais le mariage occupe une place centrale dans la foi chrétienne. Il faut respecter les particularités locales.» Alors que les grandes villes irlandaises se sont nettement prononcées en faveur du mariage égalitaire, la rue semble effectivement nettement plus partagée dans les artères commerciales du centre-ville de Belfast. «Je n’ai rien contre les homosexuels, ils ne me dérangent pas. Mais ils ne devraient pas être autorisés à se marier. Je suis désolé, mais je ne pense pas que ce soit normal», ne cache pas Steven, les bras couverts de tatouages.

Une boulangerie de la capitale a également beaucoup fait parler d’elle ces derniers mois. Fervent chrétien, le patron, Daniel McArthur, a refusé de confectionner un gâteau portant un message soutenant le mariage pour tous. L’affaire a divisé l’Irlande du Nord et un jeune député du DUP a proposé un amendement, le «conscience clause bill», destiné à permettre aux commerçants de refuser une commande si celle-ci se heurte à leurs convictions religieuses. Le boulanger a finalement été jugé coupable, en mai dernier, de «discrimination sur des critères sexuels» par un tribunal du comté de Belfast. Mais il faudra du temps pour changer durablement les mentalités dans la région. Signe d’espoir: 68% des Nord-Irlandais se sont prononcés en faveur du mariage égalitaire dans un sondage réalisé au début du mois de juillet.

1 comments

Les boulangers, les marchand de tulipes et autres professions du sourire, semblent très engagés contre l’égalité du mariage. Refuser de vendre un bouquet à New York en 2011, refuser de vendre un gâteau à Belfast en 2015, c’est comme refuser une place assise en Alabama en 1955. L’histoire se souvient de Rosa Parks et non du chauffeur de bus. Aujourd’hui, partout, tout le monde peut s’asseoir à l’avant d’un bus. Naturellement, demain, nul ne sera plus privé du plaisir d’offrir et de la joie de recevoir.

Comments are closed.

À lire également