Lausanne

Drag Race France Live

sam 2 novembre, 18:30
Berne

BernPride

sam 3 août, 14:00
Martigny

Martigny Pride

sam 20 juillet, 14:00
Lausanne

Festival 30 ans de Lilith

ven 25 octobre - sam 26 octobre

Les bombes à paillettes font encore frémir l’Amérique

Après avoir connu une vogue éphémère parmi les activistes gay, le «glittering» serait-il de retour? Au Texas, des politiciens songent à répliquer à ce terrorisme de farces et attrapes.

Voilà un bon moment qu’aucune bombe à paillettes n’avait «explosé» à la tête de politiciens et autres personnalités homophobes, outre-Atlantique. Autour de 2011, cette technique de protestation avait connu une vogue éphémère parmi les militants queer. Des figures républicaines homophobes, comme Newt Gingrich ou Rick Santorum, avaient été les cibles d’opérations de «glitter bombing» plus ou moins réussies, sous le slogan «Goûte à l’arc-en-ciel!» Le procédé se résumait à pas grand-chose: jeter sur la tête de sa victime un sachet de confettis scintillants… dont il est ensuite redoutablement difficile de se débarrasser.

Près de quatre ans plus tard, le Texas réfléchit sérieusement à s’armer juridiquement contre cette «menace». Ainsi le Département de la Sécurité publique s’est fendu d’un mémorandum qui met en garde les élus contre les périls du «glitter bombing». Selon le document, il constitue «un danger pour la santé»: «Les particules peuvent entrer dans les yeux, le nez, les poumons et dans d’autres tissus, pouvant provoquer irritations et infections […] Bien que le glitter bombing en tant que délit reste encore à codifier, les juristes estiment qu’il peut entrer dans la catégorie coups et blessures.»

Colis piégé
Si les politiciens texans se sentent menacés par un retour de ce terrorisme façon farces et attrapes, c’est que plusieurs projets de lois anti-LGBT sont actuellement en débat dans l’Etat. L’auteure d’un texte visant à interdire aux trans d’utiliser les toilettes publiques affirme avoir reçu un colis piégé: un tube d’où auraient jailli des paillettes. Répondant à la «Texas Tribune», un représentant du groupe LGBT Texas Wins a toutefois tenté de rassurer les politiciens: «Notre arme pour faire cesser la discrimination sont les valeurs de base, à savoir l’égalité des chances et la liberté. Pas les paillettes.»