Community

BØWIE Awards Ceremony

Genève, sam 3 décembre, 17:30
Bars & Clubs

Dialogai fait sa crise

Genève, sam 3 décembre, 22:00
Festival

Arosa Gay Ski Week

Arosa, 21 janvier 2023 - 28 janvier 2023

Comme une envie pressante de toilettes unisexe

Des projets pilotes de WC d’un nouveau genre s’étendent à Berlin sous l’impulsion du Parti pirate. Objectif: faciliter le quotidien des personnes trans et intersexes.

Il y a bien longtemps, Kaey Kiel ne pouvait pas aller aux toilettes sans avoir un mauvais pressentiment. Longtemps, c’était avant qu’elle ait achevé sa transition. À l’époque où elle n’était encore aux yeux des autres qu’un garçon qui portait des robes, il lui arrivait souvent de se faire rembarrer à peine poussée la porte des toilettes pour femmes. Tellement souvent qu’elle avait trouvé une pirouette pour justifier sa présence en ces lieux: dégainer son tube de rouge à lèvres. «Je me suis toujours remaquillée de façon provocante, pour montrer clairement que je me sentais femme», se souvient-elle. Crinière rousse, maquillage discret, longue robe colorée… Seule sa taille imposante pourrait «trahir» Kaey auprès de ceux qui cherchent à tout prix à ranger l’humanité dans deux tiroirs.

Scène ubuesque
Journaliste au magazine LGBT berlinois Siegessäule le jour, chanteuse de cabaret la nuit, Kaey fait partie des nombreuses personnes transsexuelles qui aimeraient voir les toilettes unisexe se banaliser. À celles et ceux que ce concept laisserait pantois, Marek Sancho Höhne, porte-parole de l’association berlinoise TransInterQueer, explique volontiers que «ça n’a rien de nouveau, puisque cela existe déjà dans les trains», où les cabines peuvent à la fois être utilisées par les femmes et les hommes.

«La distinction des toilettes pénalise les personnes qui soit ne peuvent ou ne veulent pas être classées dans aucun de ces deux genres.»

Lui aussi a été maintes fois obligé de revivre cette scène ubuesque qu’il relate avec une tranquillité qui force le respect: «Il y a cette situation où vous vous rendez aux toilettes hommes ou femmes et quelqu’un vous dit que vous vous êtes trompé et qu’il faut que vous alliez aux autres toilettes. Alors on va aux autres toilettes et là il se produit exactement la même chose, et au final on se retrouve planté là à se dire: «En fait, je voulais seulement aller aux toilettes»…»

En février 2013, l’administration en charge des quartiers de Friedrichshain et de Kreuzberg a annoncé qu’un troisième type de toilettes allait être ajouté dans les bâtiments publics situés sur ce territoire. Cette initiative revient au Parti Pirate, entré au Parlement du Land de Berlin en 2011, qui est l’un des partis les plus engagés dans le domaine des droits de la communauté LGBT en Allemagne, comme l’explique le député pirate Simon Kowalewski, barbe fournie et longs cheveux mi-rose, mi-blond platine: «L’idée, c’est de montrer que la société n’est pas seulement divisée entre hommes et femmes, mais qu’entre les deux il y a différentes constructions du genre. Cela fait partie de l’ADN du Parti Pirate de vouloir casser ce genre de modèles traditionnels».

Lenteurs administratives
Un an et demi plus tard, force est pourtant de constater que le projet patine. Pas un seul WC unisexe n’a été créé. À la mairie, on invoque les lenteurs inhérentes à la machine administrative: il a d’abord été question de transformer des toilettes pour femmes situées dans les locaux d’une mairie, mais l’utilisation du local a été refusée pour des raisons techniques. Un autre local a entre-temps été proposé, mais la procédure va encore s’étirer sur plusieurs mois.

Du côté des militants LGBT, on prend les choses avec philosophie. Jörg Steinert, directeur de la fédération LSVD, se dit peu étonné de la lenteur du processus, bien que l’attente soit grande. Au passage, il nous explique à quoi devraient ressembler des toilettes unisexe dans l’idéal: «Elles doivent être aménagées de façon à ce que l’intimité de chacun soit protégée. Les urinoirs par exemple ne devraient pas se trouver à l’entrée mais être placés au fond de la pièce, de manière à ce que les personnes qui vont dans les cabines ne passent pas devant. Chaque personne doit pouvoir s’y sentir bien.» Au Parlement du Land de Berlin, les Pirates ont décidé de passer à la vitesse supérieure. En mars, ils ont déposé une nouvelle requête dans laquelle ils réclament d’étendre la création de toilettes unisexe à la ville toute entière, au motif que «la distinction des toilettes uniquement entre hommes et femmes pénalise les personnes qui soit ne peuvent ou ne veulent pas être classées dans aucun de ces deux genres ou bien dans un genre qui en apparence ne correspond pas à leur genre biologique.» En attendant, les personnes transsexuelles et intersexuées peuvent au moins se consoler dans les bars et les clubs berlinois, qui sont nombreux à avoir déjà adopté les toilettes unisexe, cool attitude oblige.