Addis Abeba renonce à son tour de vis anti-gay

Le gouvernement a écarté tout durcissement de ses lois contre l’homosexualité. Une manif de masse prévue dans la capitale a été annulée.

Résultat d’un rappel à l’ordre international ou simple revirement? Jeudi, le Gouvernement éthiopien a annoncé qu’aucun durcissement des lois contre l’homosexualité n’était à l’ordre du jour, rapporte «The Guardian». «Ce n’est pas un crime si grave», a expliqué le porte-parole Redwan Hussein, «et ce n’est pas aussi répandu que certain le suggèrent.» Le récent projet de loi qui proposait de rendre les homosexuels non éligibles à un pardon présidentiel a été abandonné, a-t-il précisé. La législation actuelle punit toutefois les rapports entre personnes de même sexe consentantes de 1 à 15 ans de prison.

Mission divine
Conséquence de la déclaration gouvernementale: la manifestation monstre prévue le 26 avril a été annulée. Une organisation de jeunesse proche du pouvoir et un autre, Weyiniye Abune Tekelehaimanot (WAT), liée à l’Eglise orthodoxe avaient l’intention de descendre dans la rue pour proclamer le soutien populaire à un durcissement de l’arsenal antigay, comme en Ouganda ou au Nigeria. Pour mobiliser les foules, les organisateurs évoquaient une vague de prétendus rapts d’enfants par des homosexuels. «Les gays me menacent à cause de ce rassemblement», a déclaré Dereje Negash, responsable de WAT. «Mais malgré tout, je vais continuer mon combat contre la communauté gay. C’est une mission que Dieu m’a confiée, et je l’accomplirai au péril de ma vie.»

À lire également