Monde

L’Italie pleure Don Gallo, symbole d’un catholicisme ouvert et social

Le curé gênois s’est éteint mercredi à l’âge de 84 ans. Bête noire du Vatican, il s’était engagé en faveur des combats LGBT.

Après le retrait de Benoît XVI il avait osé dire qu’un pape ouvertement homosexuel «serait une chose magnifique. L’essence de l’Evangile, avait ajouté Don Andrea Gallo, est que nous sommes tous des fils et des filles de Dieu, et que, en tant que tels, nous sommes tous égaux». Le prêtre avait pris part à la gay pride de 2009 dans cette ville. Bête noire du Vatican, le leader de la communauté San Benedetto al Porto avait aussi estimé que la répression de la sexualité dans le clergé était à la source des scandales de pédophilie éclaboussant l’Eglise catholique.

Provocateur
Ce «curé de la rue» était surtout connu pour son engagement auprès des déshérités, notamment dans sa ville de Gênes. Jouissant d’une immense popularité en Italie, le prêtre se moquait pas mal de ceux qui, dans la hiérarchie catholique, le traitaient de subversif ou de communiste. Pour sa dernière messe de Noël, il avait entonné l’hymne des partisans «Bella Ciao», dans son église pleine à craquer (voir vidéo ci-dessous). Don Gallo n’avait décidément pas peur de provoquer, comme quand il avait fumé du cannabis en public, pour protester contre la criminalisation de la consommation de drogue. Parmi de nombreux hommages, Nichi Vendola, gouverneur ouvertement gay et catholique des Pouilles, a salué un «compagnon de route, un père, un frère et un ami». «Vous serez toujours dans nos cœurs, nos luttes et nos utopies», a conclu le président du parti de gauche SEL.

_________________
23 mai 2013   Thèmes: Étiquettes : , ,

À lire également