Monde

Les vieilles lois anti-sodomie ont la vie dure

Dix ans après avoir été déclarées anticonstitutionnelles, les dispositions puritaines qui punissent les comportements sexuels «déviants», «contre-nature» ou «bestiaux» restent, inexplicablement, en vigueur dans plusieurs Etats.

On les croyait mortes et enterrées, au moment où le mariage homosexuel gagne du terrain à travers le pays. Dans une douzaine d’Etats, les antiques lois criminalisant la sodomie (et parfois aussi la fellation) sont encore et toujours en place. Dans trois Etats, l’Oklahoma, le Texas et le Kansas, des textes visent même expressément les homosexuels. Un quatrième Etat, le Montana vient – enfin – d’abroger ses dispositions contre les «relations sexuelles déviantes» (avec un animal ou une personne de même sexe). Les gays risquaient théoriquement 10 ans de prison et une amende de 50’000 dollars (environ 40’000 euros). Il s’est encore trouvé 36 parlementaires (contre 64) pour défendre la loi, rapporte PinkNews, dans les rangs républicains.

Comment est-ce encore possible? De fait, par un arrêt historique prononcé en 2003, la Cour suprême des Etats-Unis a invalidé toutes les lois «anti-sodomie» en vigueur. Mais curieusement, la décision des juges de Washington n’oblige pas les Etats à abroger leurs lois. Plus curieux encore: des individus peuvent toujours être traînés devant les tribunaux sous couvert de cet arsenal anachronique.

Une honte
En Virginie, les «crimes contre-nature», qui concernaient les homos comme les hétéros, ont seulement été rayés du corpus pénal le mois dernier. «C’est une honte que la Virginie ait continué à poursuivre des individus sous le chef d’accusation de sodomie 10 ans après que la Cour suprême a invalidé les lois faisant un crime de l’activité sexuelle entre personnes adultes et consentantes», a commenté l’antenne locale de l’American Civil Liberties Union (ACLU). Adepte forcené de la «loi naturelle», le procureur général de l’Etat, le Républicain Ken Cuccinelli, a tenté de faire appel contre la décision. Son recours a été sèchement rejeté cette semaine, note le Huffington Post.

Une autre relique des lois anti-sodomie est en vigueur au Nevada, où les mineurs homos (mais pas hétéros) sont toujours menacés d’un an de prison. En 2012 encore, un ado de 17 ans a été poursuivi pour rapports sexuels avec un garçon de 16 ans. Cette semaine, l’ACLU a déposé une plainte afin d’en finir avec cet article de loi. Espérons que ce soit pour de bon.

_________________
11 avril 2013   Thèmes: Étiquettes : , ,

1 comments

Attention ! La « sodomy » (en americain dans le texte) de ces textes n’a RIEN a voir avec la sodomie ou les relations entre homos.
La « sodomy » c’est tout ce qui est considéré comme « déviant » comme pratique sexuelle. On définit l’acceptable, le reste (y compris fellation, cuni,… et potentiellement sodomie) est touché par le terme de « sodomy »
Dans certains états, tout ce qui n’etait pas la position du missionnaire dans le noir était sodomy. Oui, baiser la lumiere allumée c’est « pervers », donc sodomy. Les sex-toys sont aussi visés par les lois anti-sodomy, et ne sont admis que comme « objets pedagogiques » (illustrations pour l’education sexuelle)

Comments are closed.

À lire également