Monde Minsk

Raids en série contre les militants gay biélorusses

3 février 2013

La police de l’ex-république soviétique multiplie les actions d’intimidation contre les associations LGBT et leurs militants. Une quarantaine de personnes ont encore été arrêtées ce week-end à Minsk.

Dans la nuit de vendredi à samedi, la police a effectué une descente dans le Club 6A, un établissement LGBT de la capitale, Minsk, signale le site allemand Queer.de. Une quarantaine de personnes auraient été arrêtées et emmenées au poste, menottées, pour un contrôle d’identité. C’est la quatrième opération de ce type en quelques semaines, dans le pays. Le site de GayBelarus a rapporté que des lieux de rendez-vous LGBT à Minsk et à Vitebsk ont fait l’objet de raids durant lesquels environ 60 participants à des soirées ont été photographiés et filmés – une claire tentative d’intimidation.

Sergueï Androsenko dans le collimateur
Selon GayBelarus, la police semblait particulièrement intéressée à recueillir des informations sur le président de cette association LGBT, Sergueï Androsenko. Un policier a indiqué à un témoin qu’il se livrait à «des affaires illégales». Des questions ont également été posées sur un viol prétendument survenu dans la ville de Brest. Récemment, Androsenko s’est fait retirer son passeport, alors qu’il s’apprêtait à se rendre en Pologne. Ces pressions policières pourraient être liés à la demande de reconnaissance officielle déposée par GayBelarus auprès du Ministère de la Justice – une première dans ce pays au régime autoritaire où aucune association ouvertement LGBT n’est tolérée.

À lire également