Genève
#Musique

Gaye Su Akyol

sam 18 mai, 20:30
Brigue

Regenbogenbombe!

sam 11 mai, 13:00
©larissa_fuerderer
Lausanne
#Humour

Edwin Ramirez

ven 26 avril - dim 28 avril
Lausanne

Guinguette Queer

dim 5 mai, 15:00

«Chasse aux sorcières gay»: Cameron met les pieds dans le plat

La façon dont David Cameron a mis en garde contre tout amalgame pédophilie-homosexualité, alors que les affaires se multiplient au Royaume-Uni, divise la communauté gay.

Le Royaume-Uni patauge actuellement dans une vague de révélations à propos d’abus sexuels sur des enfants et des adolescents perpétrés par des membres de l’élite politique ou médiatique. Une marée nauséabonde qui semble inquiéter la communauté gay britannique. Surtout à en juger par les réactions à un incident qui s’est produit jeudi matin sur un plateau de télé.

Invité de l’émission «This Morning» sur la chaîne privée ITV, David Cameron s’est vu remettre par le présentateur Philip Schofield une liste de noms de personnalités du Parti conservateur qui seraient soupçonnées de pédophilie. Avec une naïveté confondante, l’animateur avait précisé, au préalable, avoir trouvé les noms «en trois minutes» sur le web! Des noms, dont certains, pour ne rien arranger, avaient été brièvement lisibles à l’écran. Sans regarder le document, le Premier ministre avait répliqué: «Il y a un danger, si nous n’y prenons pas garde, que cela tourne en une sorte de chasse aux sorcières, en particulier vis-à-vis des personnes qui sont gay».

Cameron, homophobe?
La sortie a déclenché une polémique virulente dans les médias gay. «Il est regrettable que David Cameron ait renforcé le préjugé qui associe les personnes gay et les abus sexuels sur les enfants. Je suis sûr que ce n’était pas son intention. La plupart des abus concernent des hommes hétérosexuels et des jeunes filles», constate le militant gay Peter Tatchell. Mais pour beaucoup d’internautes sur les réseaux sociaux, le parallèle homosexualité-pédophilie tracé par le leader conservateur relève purement et simplement de l’homophobie.

Sur le site LGBT PinkNews, l’éditorialiste Richard Smith a qualifié ce débat d’«hystérique». «C’est le signe d’une culture hautement dépolitisée que de s’empresser de crier à l’homophobie quand il n’y en a aucune», écrit-il. Selon lui, Cameron a eu raison de réagir comme il l’a fait. «Il est à peu près certain que les Tories désignés sur la liste de Schofield étaient gay pour la plupart, sinon tous. Or on sait que sur internet, une source ô combien fiable, tout les députés gay conservateurs, qu’ils soient out ou dans le placard, font partie d’un ‘cercle pédophile secret’. Parce que c’est ce que font les gays : on viole tous des jeunes garçons, non?»