Le pouvoir hongrois de plus en plus hostile aux gays

Il fait de moins en moins bon être homo en Hongrie. Après la gay pride de la capitale, les populistes du Fidesz s’en prennent aux Euro Games prévus cet été à Budapest.

Tandis que le premier ministre populiste Viktor Orban a entrepris de remettre en cause les libertés d’expression fondamentales et de démanteler les contre-pouvoirs à l’Etat, le maire de Budapest István Tarlós a donné un signe inquiétant à la communauté LGBT. Il a fait savoir qu’il était personnellement opposé à la tenue des Euro Games dans sa ville. Il l’a écrit dans une lettre ouverte à son homologue berlinois, Klaus Wowereit: «Je tiens à me dissocier de ce style de vie et de cet événement. Ce n’est pas à moi d’y apporter un soutien.» Dans les médias hongrois, il avait déjà laissé entendre sur un ton méprisant que l’événement, soutenu du bout des lèvres par son prédécesseur, était «discriminatoire» car réservé aux gays et lesbiennes – ce qui est faux. Les Euro Games est prévus en juin prochain; 4000 athlètes sont attendus.

À lire également