L'EuroPride de Rome fait le plein

La manifestation a réuni sous un magnifique soleil près d’un million de personnes dans la capitale italienne. Avec, à la clé, un concert de Lady Gaga et une contre-manifestation d’intégristes religieux.

Une quarantaine de chars et des centaines de milliers de manifestants ont envahi les rue de Rome hier, la ville ayant été placée sous haute surveillance policière. «Personnes différentes, mêmes droits», «Egalité et droits de l’homme pour tous!», «Aimer est un droit humain» étaient quelques-uns des slogans que l’on pouvait lire sur les pancartes. De nombreux autres faisaient référence à l’attitude du Vatican par rapport aux gays et aux lesbiennes, l’Eglise continuant à estimer que l’homosexualité est un comportement «désordonné» et que l’acte homosexuel est un péché.

Pour les organisateurs, il s’agissait également de pousser le gouvernement italien à faire des progrès en matière de droits LGBT. Un projet de loi contre la violence homophobe n’a en effet jamais été examiné par le Parlement, tandis que les unions civiles, homosexuelles ou pas, n’existent toujours pas. Dans le contexte politique actuel, la défiance vis-à-vis de Silvio Berlusconni était particulièrement flagrante, Paolo Patane, président de l’association Arcigay, espérant même que le succès de la parade contribue à «chasser» le gouvernement de droite. Un rassemblement qui, pour de nombreux italiens, constituait plus une manifestation contre l’homophobie qu’une fête à proprement parler. Tous n’ont donc pas apprécié que Lady Gaga, qui a invité à la «révolution de l’amour», soit de la partie, ceux-ci ne se sentant pas représenté par la pop star.

À lire également