La justice sauve la Gay Pride de Budapest

C’est devant la justice que les militants hongrois ont arraché le droit d’organiser leur 16e Gay Pride. Un tribunal de Budapest a annulé hier l’interdiction de l’événement par la police de la ville.

Les organisateurs de la marche, prévue le 18 juin, avaient demandé à passer devant le Parlement pour protester contre une loi limitant la liberté d’expression. La semaine dernière, les forces de l’ordre avaient alors brusquement interdit la manif, au prétexte qu’elle perturberait excessivement le trafic. Une mesure dénoncée comme «politique» par les associations LGBT. Entre-temps – et après que la presse internationale s’est fait l’écho de l’interdiction –, la préfecture a toutefois démenti vouloir faire annuler le défilé. Elle aurait seulement souhaité empêcher l’accès aux abords du Parlement.

En tous les cas, la décision des juges a été saluée par l’organisation Human Rights Watch comme une «victoire, non seulement pour la communauté lesbienne, gay, bi et trans, mais pour le droit de tous les Hongrois à la liberté de rassemblement.»

À lire également