Veto policier à la Gay Pride de Budapest

S’il fallait une preuve de plus du changement d’atmosphère politique en Hongrie, le voilà: la 16e marche des fiertés LGBT de la capitale a été interdite par la police, sous prétexte qu’elle risquait de «perturber excessivement le trafic».

Les organisateurs, incrédules, avaient pourtant obtenu un feu vert des forces de l’ordre à la prolongation de la parade, après des tergiversations sur le passage du défilé devant le Parlement. Ils comptaient y manifester contre la loi sur les médias controversée et le nouveau projet de Constitution présenté par la nouvelle majorité de droite populiste, menée par le Fidesz depuis avril 2010. La semaine dernière, la police a brusquement changé d’avis, et retiré son autorisation au défilé prévu le 18 juin prochain. Les associations LGBT de la capitale, soutenues par des partis de gauche, dénoncent une «décision politique» et envisagent de saisir la justice.

Les dernières éditions de la Gay Pride de Budapest, sans doute la plus suivie d’Europe de l’Est, avaient été marquées par des contre-rassemblements d’extrême droite. La police avaient alors déjà tenté de faire annuler la marche pour des raisons de sécurité. En 2008, une attaque perpétrée par des néonazis armés de cocktails molotov avait fait plusieurs blessés.

À lire également