«Mourir comme un homme», de João Pedro Rodrigues

Rien que pour vos yeux

Cela faisait six longues années que Genève n’avait pas organisé de festival du film LGBT. Cette lacune est comblée – et le spectateur avec – puisque Everybody’s perfect squattera les écrans du CAC-Voltaire du Grütli, du 10 au 21 novembre prochain.

Douze jours de (re)découvertes qui verront se succéder pas mois de septante courts et longs métrages autour des thématiques gay, lesbiennes, bi, trans, intersexe et queer. Ces trois dernières seront particulièrement à l’honneur, avec bon nombre de films inédits, notamment «Mourir comme un homme», du prodige portugais João Pedro Rodrigues. Autre spécificité du festival, une section «Pionniers» qui exhume quelques films qui ont ouvert la voie: «Jeune filles en uniforme» (1939) ou «Anders als die andereren» (1919), respectivement premières oeuvres abordant l’homosexualité féminine et masculine. Autre oeuvre culte, le très rare «Un chant d’amour», de Jean Genet.

Le festival cultive aussi l’histoire du mouvement LGBT romand. Au programme, aux côté de «La Parade (Notre histoire)» de Lionel Baier (2001), d’étonnantes pépites documentaires ressorties des archives de la RTS, parmi lesquelles «Homophiles» (1971), qui donne la parole pour la première fois à visage découvert à des homos romands, ou «Tabou sur un tableau noir» (1987) qui rassemble les témoignages d’enseignants homo. La création suisse de fiction n’est pas en reste, avec le décoiffant «Transgender express» (Laure Schwarz), «Capucino» de Tamer Rugli ou encore «Vandalen», l’histoire d’une passion à contre-courant dans le monde des taggeurs, signée Simon Steuri.

Enfin, Everybody’s perfect proposera bon nombre d’animations et de soirées festives, dont la moins prometteuse ne sera pas la «Nuit bizarre» du samedi 20 novembre, un marathon de films «où la perception chancelle», et qui emportera les spectateurs jusqu’à l’heure du petit-déj.

Everybody’s perfect, du 10 au 21 novembre 2010 au CAC Voltaire, rue du Général-Dufour 16, séances: Fr. 14.– abonnement: Fr. 80.–

À lire également