Culture

«La Fracture» décroche la Queer Palm

Pio Marmaï dans La Fracture. Photo: Carole Bethuel

La réalisatrice Catherine Corsini est la deuxième femme à obtenir le prix après Céline Sciamma en 2019 pour «Portrait de la jeune fille en feu».

Immersion dans les urgences d’un hôpital parisien, transformées en théâtre façon cour des miracles, le temps d’une nuit explosive. Avec La Fracture, Catherine Corsini aborde de façon métaphorique les fractures et les fêlures d’une société française meurtrie et divisée. Elles sont symbolisées par le couple au bord de la rupture que forment Julie (Marina Foïs) et Rafaela (Valeria Bruni-Tedeschi). Le tout sur fond de révolte de Gilets jaunes déchaînes, de violences policières, de rencontre avec un manifestant en colère, d’abandon de l’hôpital public et d’une grève des soignants débordés, qui continuent néanmoins à porter secours aux blessés.

Cette œuvre politique est sous haute tension, entre scènes dramatiques et instants de drôlerie. On lui reprochera tout de même son hystérie, accentuée par la performance délirante de Valeria Bruni-Tedeschi. Survoltée et shootée aux médicaments, elle en fait vraiment des tonnes.

Courts métrages primés
Le jury de la Queer Palm, présidé par Nicolas Maury, a également récompensé deux courts métrages dans la sélection de la Cinéfondation, la pépinière du Festival de Cannes qui accompagne chaque année des étudiants d’écoles de cinéma du monde entier. Il s’agit d’abord de La caída del vencejo de l’Espagnol Gonzalo Quincoces, qui met en scène un jeune issu des classes populaires dans un cadre familial oppressant. Le second est Frida de l’Allemande Aleksandra Odić, évoquant la rencontre entre une jeune infirmière et sa patiente du même âge.

Thèmes: Cinéma 

À lire également