Culture Quotient queer

Camille Cottin, alliée de coeur à 100%

7 nov. 2020

Andréa Martel et sa bande sont de retour pour la quatrième et ultime saison de «Dix pour cent». À l’heure du bilan, calculons le Quotient Queer de Camille Cottin, l’actrice qui l’incarne à l’écran.

On l’avait découverte dans «La Connasse», une série de courts sketches tournés en caméra cachée dans lesquels elle sublimait les traits de caractères insupportables qu’on attribue aux Parisiennes. Craquante, tout simplement. Après l’adaptation plutôt réussie au cinéma, la comédienne de 41 ans sevrait ses fans en campant l’agent artistique Andréa Martel dans «Dix pour cent». Toujours un peu connasse, la lesbienne féroce et fabuleuse est une invétérée ensorceleuse des coups d’un soir la nuit, pendant qu’elle gère le jour la vie trépidante des stars de cinéma. De la série aussitôt culte, dans les discussions entre ami·e·s, tout le monde s’accorde à noter que «c’est vachement bien pour une série française». Alors Camille Cottin, alliée ou opportuniste?

Lesbienne à l’écran

Dans la série, Camille Cottin incarne un personnage carriériste à la personnalité complexe. Tiraillée en permanence entre son job et sa vie privée désastreuse avant qu’elle ne rencontre sa compagne Colette, la comédienne donne à son personnage une dimension terriblement humaine. D’aucun·e pourrait prétendre qu’il n’est pas correct d’attribuer un rôle de lesbienne à une actrice qui ne l’est pas dans la vie réelle, Camille Cottin explique ce choix avec une justesse rare aux médias qui lui posent la question. Invitée à la cérémonie des OUT d’or en juin 2018, elle déclare: «J’ai été très honorée d’interpréter le personnage d’Andréa. Je crois que c’est la première lesbienne du PAF à 20h30 en chaîne hertzienne qui n’est ni droguée, ni folle, ni maléfique, ni bipolaire, ni zoophile.»

La polémique autour d’Andréa et Hicham

Lesbienne totalement assumée dans la série, Andréa couche avec son boss Hicham un soir de fête dans la saison 2. Et tombe enceinte. Un écart de conduite qui ne passe pas auprès de la communauté LGBTQI+. Prenant son rôle à cœur, Camille Cottin s’en explique dans une interview accordée à AlloCiné en novembre 2018: «L’homosexualité d’Andréa n’est absolument pas remise en question, même si le fait qu’elle ait un rapport sexuel avec un homme semble avoir brouillé un discours qui était entier. J’entends cela. C’est le problème quand on nuance quelque chose, ça peut desservir un propos qui a besoin d’être ferme pour faire avancer les mentalités. Mais je pense qu’il n’y avait aucune ambiguïté chez Fanny Herrero, l’auteure de la série. La saison 3 permet d’aller au bout d’une nuance, et d’être très transparent sur l’homosexualité d’Andréa et celle de Colette. On ne va pas non plus ranger l’homosexualité dans une case.»

Le poids de la visibilité

Ne faisant pas l’économie des déclarations au nom de la visibilisation de l’homosexualité pour «faire avancer les choses» concernant les droits LGBTQI+, Camille Cottin déclare, toujours dans les colonnes d’AlloCiné en 2018: «J’étais très heureuse d’apprendre les commentaires d’enfants entre 10 et 11 ans dans les cours d’école. Ils disaient: «On espère vraiment qu’Andréa va rester avec Colette, parce qu’Hicham, on ne l’aime vraiment pas et Colette, elle est tellement gentille.» Ces enfants ne font absolument pas cas de l’orientation sexuelle, ils se fondent exclusivement sur les personnalités des personnages. En ce sens oui, ça peut faire avancer, et notamment la PMA (procréation médicalement assistée).»

«Du Coca sans poppers, si vous en avez!»

Lorsqu’elle se rend dans un bar gay parisien pour y déverser son lot de petites phrases perfides que l’on connaît malheureusement trop bien, «la connasse» réussit un tour de force: en quelques minutes à peine, elle tord le cou aux clichés du genre dans une savoureuse logorrhée digne des plus infectes propos homophobes. Morceaux choisis: «Ah, t’es coiffeur?», «Je voulais savoir, qui c’est qui fait la femme? Parce que ça saute pas aux yeux là», «T’es pédé, t’en es sûr? Parce que t’es tellement beau. Tout n’est pas perdu, ça se soigne». Le tout en mode caméra cachée, l’errance de ses propos bêtes et méchants se solde par une brillante démonstration de l’humour en guise d’armure d’une communauté toute entière mise à rude épreuve dès le plus jeune âge.

Quand on n’a que l’amour

Lorsque les vedettes du showbiz se mobilisent pour une bonne cause en France, on tombe vite dans la soupe populaire. Pourtant, au-delà de ces considérations et sans snobisme aucun, 70 personnalités se réunissent en décembre 2018 sous l’égide de l’association Urgence Homophobie pour chanter ensemble «De l’Amour». Parmi ces dernières, on retrouve Camille Cottin et toute l’équipe de «Dix pour cent». Un hymne à l’amour dénonçant les violences homophobes, en hausse de 15% en France cette année-là.

Résultat 9,6

Elle milite pour nous, Camille Cottin, et c’est aussi pour ça qu’on l’aime bien. Avec une moyenne avoisinant les 10 sur 10, elle caracole en tête des personnalités qui ne craignent pas d’utiliser leur voix pour amplifier celles de la communauté LGBTQI+. Dans son cas, il semblerait même que le fait de ne pas être lesbienne dans la réalité lui permette de dire tout haut ce que d’autres pensent tout bas. Un peu comme si, ainsi dédouané de l’aspect personnel et privé, le message activiste s’en retrouvait significativement augmenté. Honnête jusqu’au bout. Ça c’est sûr, quand on a des ami·e·s et des allié·e·s comme elle, on ne craint plus nos ennemis.

À lire également