Les enseignants britanniques se penchent sur l’histoire LGBT

Le «mois de l’histoire LGBT», une initiative visant à faire réfléchir les éducateurs sur l’image des personnes homosexuelles dans l’histoire, se heurte à l’hostilité virulente de l’extrême droite.

Pour la deuxième année consécutive, un «mois de l’histoire LGBT» est célébré au Royaume-Uni en février. Coordonné par le groupe d’action Schools Out, ce projet vise notamment à ce que les enseignants incluent «davantage de héros gay et d’héroïnes lesbiennes dans leur leçons, dans la perspective de créer une identité gay plus forte et donner aux jeunes gays et lesbiennes plus de reconnaissance et de soutien de la part de leurs camarades […] ainsi que de remettre en cause la présomption d’hétérosexualité.»
Soutenue par les pouvoirs publics, notamment à Londres, mais entièrement organisée hors des écoles, cette initiative a toutefois déclenché la fureur du British National Party, le parti d’extrême droite britannique. Celui-ci dénonce une «tentative d’endoctrinement des enfants.» Et de mobiliser ses militants en appelant les écoles à un «retour aux normes chrétiennes.» Le président de Stonewall, l’un des principaux lobbies gays du Royaume-Uni, a rappelé pour sa part que «l’acceptation commence dans les écoles. Cela est essentiel si nous voulons prévenir des atrocités comme le meurtre de Jody Dobrowski,» en faisant allusion à un jeune gay anglais assassiné à Londres à l’automne dernier.

À lire également