«O Fim do Mundo», résistance à la modernité

Le réalisateur vaudois Basil Da Cunha dresse le portrait d’une jeunesse meurtrie dans un bidonville lisboète voué à la démolition.

Dans ce film tourné chez lui, qui commence par un baptême et se termine par un enterrement, symbole de la fin d’un cycle et du début d’un autre, Basil Da Cunha suit les déambulations du jeune Spira (le beau Michael Spencer). Après avoir passé huit ans dans un centre pour mineurs, il retrouve sa famille et ses potes en revenant à Reboleiria, un bidonville de la banlieue de Lisbonne voué à la démolition, où le réalisateur d’origine portugaise vit depuis dix ans. Le retour de Spira, à la recherche d’un travail, rêvant d’un avenir qui n’a pas grand-chose à lui offrir, n’est pourtant pas du goût de Kikas, un vieux trafiquant. Il lui fait comprendre qu’il n’est pas le bienvenu dans ce quartier à deux pas du centre de la capitale envahie par les touristes, où les habitants désœuvrés, rejetés par le capitalisme, se débrouillent comme ils peuvent pour survivre. Ce sont les voisins et amis du cinéaste, qui en montrent à la fois les côtés humains et brutaux.

«Dernier maquis»
S’inspirant de leurs histoires, mêlant la réalité et la fiction en créant un univers parallèle, Da Cunha dresse, dans «O Fim do Mundo», le portrait d’une jeunesse meurtrie, à travers des personnages dont on a volé l’enfance. Ils ont perdu leur innocence et prônent les vertus du crime à l’ancienne. Humaniste, l’auteur aime valoriser, mettre en lumière des gens qui ne le sont pas, leur donner de la visibilité à travers le cinéma, leur rendre une dignité et une parole qu’on leur refuse. «J’ai voulu faire un film de résistance, sur la fin d’un monde, d’un quartier, d’une génération, représenté par cet endroit, un des derniers maquis où on peut vivre autrement.»

Pour lui, c’est une résistance à la normalisation qui lui fait peur, à la modernité. «Même si elle s’immisce à travers quelques téléphones portables, il y a une volonté de ne pas rester rivé à son ordinateur.» Comme dit l’un de ses personnages, ce n’est pas de cette manière qu’on va conquérir le monde ou se faire de l’argent.

» Dès aujourd’hui dans les salles romandes

À lire également