Un revenant nommé Dustan

Occasion rare, le cinéma Spoutnik à Genève projettera un des films de l’auteur français Guillaume Dustan dans le cadre de ses Rencontres satellites, où l’on découvrira également l’étonnant «Capital Retour».

Découvrir «un cinéma marginal, politisé et en quête de nouvelles formes» en compagnie de jeunes cinéastes et chercheurs, c’est le propos des Rencontres satellites, du 8 au 10 novembre au cinéma Spoutnik de Genève. Neuf films défricheurs de genre sont à l’affiche, à côté de discussions, tables rondes, fêtes, entre autres événements. Parmi eux, celui d’un revenant: Guillaume Dustan. De 2000 à 2004, il aura réalisé dix-sept films qui sont longtemps restés invisibles.

Quatorze ans après la disparition de l’auteur français, ces œuvres ont été récemment restaurées et programmées par la galerie Treize, à Paris. Le cinéma Spoutnik en projettera un ce samedi 9 novembre (13h): «Enjoy (Back to Ibiza)», sorte de road-movie raté en Espagne, où Dustan donne une conférence sur la sexualité et littérature. Le tourné-monté sur cassette DV, associé aux commentaires enregistrés en direct, à l’exhibition décomplexée des ratages et des deuxièmes tentatives sont autant d’occasions d’observer un film en train de se faire.

La projection sera suivi d’une discussion avec Olga Rozenblum, Pascaline Morincôme et Julien Laugier, membres du collectif de la galerie Treize, ainsi qu’avec la chercheuse Nina Kennel, sur les conditions de la «réapparition» de ces films et sur l’oscillation entre présence et absence qui traverse ces objets.

«Burlesque, réalisme cru et pur happening»
Toujours dans le cadre des Rencontres satellites, le soir-même (21h), le public est invité à découvrir un autre ovni passionnant. «Capital Retour» fait découvrir Cornélia une jeune femme transgenre, dans un «collage étonnant de burlesque, de réalisme cru et de pur happening». Portrait d’un corps, le film suit son héroïne à mi chemin entre le documentaire et la fiction, sans tomber dans les pièges du film à thème. La projection sera suivi par une discussion avec son jeune réalisateur, Léo Bizeul.

» Les Rencontres satellites, du 8 au 10 novembre @Cinéma Spoutnik; 11 rue de la Coulouvrenière (L’Usine) spoutnik.info

Laisser un commentaire

*

À lire également