«XY Chelsea», lanceuse d’alerte

Dans son documentaire, Tim Travers Hawkins nous laisse découvrir une personnalité hors norme, charismatique, dotée d’un courage extraordinaire.

Chelsea Manning est née dans le corps d’un homme en 1987. Elle s’appelait Bradley, spécialiste informatique de l’armée américaine, avant d’être arrêtée en 2010 pour transmission à WikiLeaks de documents sur les bavures de son employeur en Irak et en Afghanistan. Ainsi que sur l’espionnage de la diplomatie mondiale, l’affaire déclenchant un scandale international. En 2013, elle est condamnée à 35 ans de prison pour trahison. Manning voit sa peine réduite à 7 ans par Barack Obama le 17 janvier 2017, quatre jours avant l’arrivée de Donald Trump au pouvoir.

À sa libération, Chelsea accomplit sa transition, devenant une activiste pour les droits humains. Mais cette liberté retrouvée sera courte. Elle reste au cœur de l’actualité avec sa nouvelle incarcération, dans un pénitencier de Cincinnati en mai dernier, à l’occasion de l’arrestation, le 11 avril à Londres, de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks. Dépouillée de ses biens, la prisonnière écope d’une amende quotidienne tant qu’elle refusera de témoigner contre lui.

Portrait intime et émouvant
C’est à cette personnalité transgenre hors du commun, idéaliste, charismatique, militante dotée d’un courage extraordinaire que le réalisateur gallois Tim Travers Hawkins a consacré un documentaire, «XY Chelsea». Ce portrait intime et émouvant commence quand la célèbre lanceuse d’alerte peut sortir de sa prison réservée aux hommes et se termine lorsqu’elle se retrouve derrière les barreaux. L’auteur l’a accompagnée pendant plus de deux ans, livrant une étude sur un être combatif, qui naît femme sous nos yeux, et doit trouver sa place malgré son passé, sa transformation physique, son statut involontaire d’icône et un climat politique entièrement différent.

» Le film sera projeté à l’API (Association pour le patrimoine industriel) le samedi 9 novembre à 14h dans le cadre d’une exposition sur la presse et la censure, du 8 novembre au 7 décembre. Vernissage en présence de John Shipton, père de Julian Assange. Au programme également: des tables rondes et un concert de soutien le 7 décembre dès 20h. Entrée libre, rue du Vuache 23-25 à Genève. Plus d’infos: www.patrimnoineindustriel.ch

1 comments

Comments are closed.

À lire également