Photo: Nico Bustos

Le Top 10 de Kiddy Smile

En exclusivité pour 360°, le prince français du voguing partage sa playlist favorite: dix morceaux choisis à consommer sans modération durant tout l’été avant son concert à Fri-Son le 5 octobre (des places sont à gagner!).

«Fils d’immigré, noir et pédé», le slogan du T-shirt porté par Kiddy Smile en juin 2018 avec ses danseurs chez les Macron annonçait la couleur à l’Élysée. Une année plus tard, le DJ touche-à-tout n’est pas près de se calmer, et on ne s’en plaint pas. Beth Ditto avait vu juste lorsqu’elle l’avait repéré pendant un défilé du designer Jeremy Scott en 2010 et l’avait ensuite invité à se produire à ses côtés au festival Coachella de Los Angeles.

Depuis, l’activiste queer, styliste, danseur et chanteur, incarne cette nouvelle vague d’artistes aux multiples facettes et engagés qui font voler en éclats les étiquettes, pourtant si chères à la culture francophone.

«Je me définis comme un artiste de house music. Queer est limitatif, ma musique reflète mon quotidien. Je parle de moi, du fait d’être noir et gay. Mes morceaux parlent d’amour, ils ne sont pas politiques, mais mon œuvre l’est», affirme-t-il.

Culture ballroom
En phase avec son époque, il est conscient de la portée et surtout, de l’importance de son message. Inscrit dans l’héritage de la culture ballroom, celui qu’on surnomme le «prince français du voguing» expliquait dans une interview en 2015: «Le voguing est cet espace de liberté où tu peux être toi-même, où ceux qui sont rejetés peuvent trouver une place».

Quelques mois après la sortie de «One Trick Pony», son brillant premier album composé de onze pistes et quelques interludes calibrés pour danser jusqu’au bout de la nuit, il sillonne les routes et vogue en live. Derrière lui sur scène, la grande bouche rouge écarlate gonflable ornant la pochette du disque plante le décor. Âmes sensibles s’abstenir, avec Kiddy Smile, on ne craint pas les chaleurs torrides! Pour le découvrir à vos dépens, rendez-vous à Fri-Son Fribourg le 5 octobre prochain pour un show d’anthologie.

En attendant, en exclusivité pour 360°, il partage sa playlist favorite…

«I Tried to Forget You», Silvester 1977

«C’est ma chanson de rupture préférée, et c’est Silvester, ma mère spirituelle, qui la chante»

«House Music» (message mix), Eddie Amador 1997

«C’est un classique de Mr Amador, il ne passe jamais de mode»

«Phreaky MF», Mr.69 2008

«Mike Dunn est un de mes DJ’s et producteurs préférés, j’adore ce titre, il est tellement sexy !»

«Sage comme une image», Lio 1980

«Lio est une grande icône de la pop en France et je viens de découvrir l’existence de cette chanson, dont j’adore la touche disco»

«I Would Die 4 U», Prince 1984

«J’adore cette chanson, elle me met toujours dans l’ambiance»

«Four Ethers», Serpentwithfeet 2016

«Serpentwithfeet est un de mes nouveaux artistes préférés ! Je suis amoureux de sa voix et de sa manière de composer de la musique »

«Patience», Ray BLK 2017

«Une chanson qui parle de patience et d’attendre son temps, de ne pas prendre la vie comme une course… c’est ce que je vis»

«WTP», Teyana Taylor 2018

«L’utilisation de la chanson originale de Sweet Pussy Pauline est juste énorme, c’est ma chanson pour aller au sport»

«Between the Lines», Robyn 2018

«Louie Vega de Masters At Work qui remixe le canon suédois Robyn, parfait à écouter quand on se prépare à partir faire la fête»

«Slap My Butt», Kiddy Smile 2019

«Quand tu te sens sexy et invincible avec ton squad et que t’es sur le point de te mettre dans un sale état: c’est ta bande originale»

Kiddy Smile live!

Plusieurs places à gagner par tirage au sort pour le concert du 5 octobre à Fri-Son Fribourg! Inscrivez-vous-ci dessous:


Les gagnant·e·s seront avisé·e·s personnellement.

À lire également