Genève
#Musique

Billie Bird

ven 26 avril, 20:30
Lausanne
#non mixte

Zeus

sam 4 mai, 21:00
Neuchâtel

Rainbow Warriors Tour

ven 3 mai, 22:00
Lausanne

Happy Birthday, GT’s!

sam 27 avril, 19:00

Pascale Ferran et son moineau insolite

De retour sur grand écran après huit ans, la talentueuse réalisatrice française surfe avec originalité sur le surnaturel avec «Bird People».

Il y a 20 ans, elle décrochait la Caméra d’Or grâce à «Petits arrangements avec les morts». Ce qui ne l’a pourtant pas incitée à se montrer prolifique. Depuis «Lady Chatterley», son troisième long-métrage adapté de la deuxième version du célèbre roman de D.H. Lawrence et sorti en 2006, on n’avait pas revu Pascale Ferran sur grand écran. La réalisatrice française revient enfin avec «Bird People», sélectionné au dernier Festival de Cannes dans la section Un Certain Regard. A ce propos, elle avait déclaré regretter ne pas avoir été retenue en compétition.

Bird People se déroule dans la région parisienne. En transit dans un hôtel international proche de Roissy, un ingénieur en informatique soumis à de lourdes pressions professionnelles et privées, décide de changer radicalement de vie. Ce qui nous vaut notamment une scène de rupture peu banale par skype. De son côté, une jeune femme de chambre de l’établissement, étudiante sur les bords, voit son existence basculer à la suite d’un événement pour le moins bizarre.

Poésie et surnaturel
Singulier, ce nouvel opus se révèle aussi très différent de ses oeuvres précédentes, mêlant finesse psychologique et ambition formelle dans une tentative de décrire le monde actuel avec les espoirs et les rêves de chacun. A un environnement social symbolisé par toutes sortes de gens de passage ou qui travaillent dans la zone aéroportuaire, la talentueuse cinéaste ajoute l’originalité, la poésie et le surnaturel. Surfant sur cette note fantastique, elle nous emmène à la suite d’un drôle de moineau avide de découvertes avec quelques fausses pistes à la clé. Mais apparemment fascinée par les remarquables aptitudes de l’oiseau, Pascale Ferran a tendance à traîner en longueur dans la seconde partie de l’oeuvre. Elle commet aussi l’erreur de rompre avec l’unité de lieu et d’action en permettant au passereau de s’aventurer hors de la zone aéroportuaire pour quelques séquences et images d’un intérêt mineur.

Mais voilà qui ne nuit heureusement pas à la réussite globale du film, à laquelle contribuent largement Anaïs Demoustier et Josh Charles (l’acteur de la série In Treatment). Principaux protagonistes, ils ne font que se croiser dans cette histoire qui voit aussi la participation de deux célébrités issues de La Nouvelle Star. Camelia Jordana signe son deuxième rôle au cinéma tandis que Julien Doré réinterprète La Javanaise de Serge Gainsbourg pour les besoins de l’intrigue.

Sur les écrans