La Chaux-de-Fonds

Bang! Bang!

mer 15 mai - sam 25 mai
Lausanne
#places à gagner

The Armed

mer 5 juin, 19:30
Fribourg

Queer Studies Week

lun 13 mai - ven 17 mai
Genève

360° Fever Party

sam 1 juin, 21:30

Once upon a time, there was a queen

Elizabeth? Non, Drew Christie, Queen of drag queens. Rencontre londonienne à plumes et à paillettes.

Drew Christie est assise dans les loges du théâtre londonien qui accueille son spectacle, l’Adonis Cabaret Show. A elle seule, la renommée de la drag queen remplit la salle. Difficile de ne pas être émerveillée par l’extravagance de son costume et les nombreux hommes nus qui se préparent autour d’elle. Elle me tend un verre de champagne. «Darling, me dit-elle, détends-toi, tu ne vas pas me dire qu’avec ton joli minois c’est la première fois que tu vois autant de grosses verges réunies dans une même pièce?!» Elle décroise et recroise ses jambes résilles en riant. Le ton est fixé.

– Qui est Drew Christie?
– Drew Christie est une artiste de cabaret extraordinaire, une «Cock In A Frock» ou «une Pine en Crinoline»!

– Et qu’est la drag queen selon vous?
– Un homme qui porte des vêtements de femme, en vue de divertir la foule. Le mot “drag” remonte à l’époque de Shakespeare. Parce que les femmes n’avaient pas le droit de monter sur scène, les hommes avaient pris l’habitude de porter des vêtements féminins pour tenir les rôles de femmes. Cet acte est dit le «dragging of clothes» en anglais. La drag est une vraie tradition britannique, très populaire pendant les années folles. Le terme «drag queen» vient des Etats-Unis et semble avoir conquis l’opinion publique ces 20 dernières années. Auparavant, nous étions simplement des «transformistes» ou des «artistes drag».

– En quoi consiste votre performance?
– C’est du live, de la chanson et de la danse dans une forme de rencontre magique entre burlesque et Las Vegas. Un mélange explosif agrémenté de comédie et de champagne.

– Pourquoi ce spectacle est-il unique?
– La question ne devrait-elle pas être en quoi Drew Christie est-elle unique?! Je suis une des dernières drag queens véritablement «glamour» – sequins, plumes et diamants jusqu’au bout! Le spectacle est un mélange extravagant de stand up, de chansons des plus grandes divas, d’airs romantiques et sentimentaux, et des parodies de stars comme Lady Gaga et Britney. Ce spectacle est au monde de la nuit ce que l’absinthe est à l’alcool: coloré, exclusif et follement tentant!

– Vous avez choisi la voie de la drag … Pourquoi pas celle de l’acteur?
– J’ai toujours travaillé dans le milieu du show business. J’ai commencé comme acteur en réalité, avant d’intégrer un cabaret comme chanteur. C’est lorsque je me suis affirmé dans mon orientation homosexuelle et que j’ai commencé à fréquenter des clubs et des bars gays, que j’ai découvert le travail des drag queens. J’ai été particulièrement intrigué par cette expression à la fois drôle et glamour derrière un masque. Ce masque permet d’incarner librement son alter ego. Je ne me lasserai jamais de l’effet «wow» sur les gens lorsque j’entre en scène. L’illusion que l’on crée est extraordinaire. L’on dirige et produit un show de variété complet.

– Comment est née Drew Christie?
– Elle est l’enfant secret de Joan Collins et du Premier Ministre anglais d’alors. Lequel? Oh, voyons, une femme ne révèle pas son âge. Elle est arrivée dans ce monde sous le London Bridge entre les poubelles et les mendiants. Joan était en couches pendant trois jours, en tous cas c’est ce qu’elle pensait. En réalité, elle avait juste oublié d’enlever son collant. Je suis donc restée coincée à l’intérieur pendant des jours. Finalement, je suis arrivée dans ce monde, telle Dorothy, chaussures en rubis aux pieds, et chantant «Over The Rainbow».

– Quelles sont vos sources d’inspirations?
– Barbra Streisand, Bette Midler, Judy Garland, Sammy Davis Jr et une star bien connue en Angleterre du nom de Joe Longthorne. Et pour mes influences en matière de drag queens, un nom: David Dale, une drag queen anglaise, sans doute le mec le plus talentueux que je connaisse. Il a participé à un documentaire dans le début des années 80, alors qu’il était encore à l’école. Je me souviens l’avoir regardé et avoir pensé, wow, il est ouvertement gay. Il faut savoir qu’à l’époque ce n’était pas quelque chose de normal ni d’évident. Le film mettait en avant son drag show et je me suis senti inspiré. Je le rencontrai des années plus tard. Il est aujourd’hui l’un de mes proches amis.

– Quelle est l’histoire la plus drôle qui vous soit arrivée?
– Il y a des soirs où rien ne se passe comme prévu, et les incidents créent des situations pour le moins embarrassantes! J’ai connu ça. C’était lors d’un show dans un club gay du Nord de l’Angleterre dans les années 90. Je portais un costume digne des show girls de Las Vegas. Lorsque je suis entrée en scène, mes plumes se sont accrochées dans la porte et arrachées de mon col. C’est le moment précis qu’ont choisi mes parties intimes pour sortir de mon costume déjà fort révélateur, et ce devant le public tout entier. Une vieille prostituée locale de 60 ans a alors décidé de se précipiter sur scène, de se mettre entièrement nue, de grimper, je ne sais comment, sur mes épaules et d’arracher ma perruque. Tout ce que je sentais, c’est le frottement du vagin de cette femme de la nuit contre mon cou. Je n’ai pas ri sur le moment, mais trouve que l’histoire est relativement cocasse aujourd’hui!

– Et l’histoire la plus embarrassante?
– Tout ce que je peux vous dire c’est que l’histoire comprend une trace glissante, un jéroboam de Bollinger et une action en justice. A vous d’imaginer le reste.

– En quoi Drew Christie est-elle différente des autres drag queens et plus populaire?
– Je ne dirai pas forcément que je suis plus populaire puisque nous avons toutes notre niche. Mais, comme je l’ai dit plus haut, je suis connue pour mon glamour et ma classe.

– Quels sont vos plus beaux atouts?
– Mes jambes. Elles étaient assurées pour la modeste somme d’un million de livres dans les années 90, ce qui créa une sorte de buzz médiatique en Angleterre… J-LO peut retourner se coucher!

– Quel est votre rêve aujourd’hui?
– Vivre à New York en voisine de Lady Gaga! Cette fille sait ce que veut dire la fête! Nous pourrions partager certains costumes …et boire du whisky!

– Drew Christie, est-elle amoureuse?
– Non, hélas. Mais si un doux mélange entre Ryan Gosling et David Beckham vous contacte, j’accours!

Les hot spots de Drew Christie
St Paul’s Cathedral: le plus beau monument du monde. The Victoria and Albert Museum: je ne me lasse jamais de passer un après-midi dans ce musée, et l’entrée est gratuite. Soho: J’adore ce village gay, et je m’y sens toujours comme à la maison!