Neuchâtel

Dragâteloises «Fairy Tale»

sam 24 août, 18:30
Genève

Viktor Rom fait son show

ven 26 juillet, 23:59
Lausanne
#places à gagner

Sleater-Kinney

ven 23 août, 19:30
Lausanne
#places à gagner

Drag Race France Live

sam 2 novembre, 18:30

Trois perles queer d’Amérique latine

Parmi plusieurs bijoux proposés par le festival Filmar en América latina, qui vient de débuter à Genève: trois films à thématiques LGBT à (re)découvrir.

Le film argentin «Mia» raconte l’histoire de Ale,travestie et «cartonera», vivant dans la marginalité d’un ghetto autogéré. Elle déniche au milieu des déchets le journal intime de Mia. Elle commence ainsi à connaître l’âme de cette femme, son humanité, ses secrets, mais aussi un homme, Manuel, et sa fille, Julia, tous deux abandonnés à une immense douleur. A voir les 22, 25 et 27 novembre aux Cinémas du Grutli.

«Madame Satã», qui nous vient du Brésil retrace l’apparition de la culture afro-brésilienne à Rio au lendemain de l’abolition de l’esclavage. Ce film dresse le portrait sensible et fragile de João Francisco, un criminel noir, pauvre et homosexuel qui, dans les années 1930, nourrit le rêve de devenir une vedette de cabaret. C’est par son corps que ce personnage, véritable mythe urbain, vit, s’exprime et se bat contre les injustices. A noter que les deux projections de ce film auront lieu en présence du réalisateur, Karim Ainouz, le vendredi 30 novembre et le samedi 1er.

Enfin, une production portoricano-étatsunienne plusieurs fois primée dans les festivals: «Piel» («Under my Nails», pour son titre anglais) est un thriller érotico-lyrique avec New York pour décor, qui nous entraîne dans un vertige de violences, de désirs et de peurs. Solimar est une femme solitaire qui travaille dans une onglerie. Elle a des nouveaux voisins dominicains, et dont la vie a été parcourue de drames inouïs, et dont le passé revient la hanter. Un parfait mélange de musique classique, boléros et bachata sublime la tension de cette fiction qui questionne la violence de genre, les ravages de la dépendance affective, le poids des secrets de famille et l’expérience du biculturalisme.

Tout le riche programme du festival, qui dure jusqu’au 2 décembre est disponible sur www.filmar.ch