A 34 ans, ce pur produit de Brooklyn sort un nouvel album «Focus on the Flair».

Y-Love, un rappeur black, latino, juif orthodoxe et gay

Artiste new-yorkais à l’itinéraire surprenant, Yitz Jordan a fait son coming-out. Il dit ne pas craindre de s’aliéner une partie de son public conservateur.

Des coming-out dans le showbiz, on n’en a pas été privés ces derniers mois. Mais celui-ci sort de l’ordinaire. Inconnu de ce côté-ci de l’Atlantique, Yitzchak Jordan est un vrai concentré de l’Amérique d’aujourd’hui; Noir, latino, juif orthodoxe, il est aussi, désormais, ouvertement gay. «J’ai l’impression d’avoir gâché des années de ma vie à m’inquiéter de l’impact négatif qu’aurait mon identité sur ma réputation, a déclaré le New-Yorkais. Maintenant, à passé 30 ans, je ne me préoccupe plus autant de ce que les gens pensent, en dépit de la perspective de m’aliéner la communauté à laquelle j’ai voué ma vie en tant qu’artiste et en tant qu’homme. Mon espoir est qu’ils vont ouvrir leurs yeux – et leurs cœurs.»

D’origine éthiopienne par son père et portoricaine par sa mère, Y-Love s’est converti au judaïsme hassidique en 2000. Il n’a jamais senti de conflit intérieur entre sa religion et son orientation sexuelle, raconte-t-il au magazine «Out». Il explique que son rap, qui mélange l’anglais, le yiddish, l’arabe, l’amharique et l’hébreu, attirait jusqu’ici un public plutôt conservateur, sensible aux «valeurs juives». Jordan espère maintenant que sa musique trouvera un nouveau public «capable de s’identifier avec [son] combat».

À lire également