L'humeur de Marius Diserens

Le mot du mois: passing

Marius Diserens est spécialiste en question de genre et de diversité, est chargé de garantir une large inclusion éditoriale au sein du magazine et partage avec nous ses mots «coups de cœur» du mois.

Dear reader,

Comment protéger son cœur et son corps des ravages que les discriminations inscrivent au fer rouge dans notre chair? À quoi bon vivre pleinement son identité de genre si c’est pour récolter les foudres d’une société où l’hétéronormativité est obligatoire, où l’hétérosexualité est reine? Comment ne pas intérioriser ces violences? Comment ne pas finir par se fondre dans un moule qui n’a pas été conçu pour nous et dont la normalité nous écorche la peau? Je ne sais point, mais je ne regrette pas l’absence du privilège d’être «passing».

Être «passing» se réfère à la capacité d’une personne à être considérée comme une personne cisgenre, dont l’expression de genre s’inscrit dans une binarité ne questionnant pas les normes attendues. Ni grâce, ni malédiction, être «passing» est comme tout privilège: il dépend de ce que l’on en fait.

En être conscient·e·x, dans son rapport à soi et à une personne qui ne l’est pas. L’utiliser pour faire le bien, pour sécuriser une personne dont la non-conformité aux normes de genre est plus visible. S’offrir comme phare dans la nuit, lorsque la pression est trop rude pour celles-ci. Faire rempart aux poussées assimilationnistes que ces dernières pourraient avoir au contact d’une société trop intolérante, d’une réalité trop âpre, d’un espace public trop insécurisant.

Oscillant entre amour et rejet de ce «passing», j’en reviens toujours à la même conclusion: ne jamais courber l’échine, ne pas descendre de mes talons, ne pas effacer mon trait de liner et la poudre sur mes yeux. Laisser mes couleurs et ma lumière les éblouir, et le faire main dans la main avec celleux que j’aime et qui ont compris cette subtilité, ainsi que son importance.

_________________
13 juin 2022   Thèmes: Étiquettes :

À lire également