Édito

Prendre soin collectivement de cette maison

L’édito de Robin Corminbœuf, nouveau rédacteur en chef de 360°

Par

Rédacteur en chef

Je ne sais plus exactement la première fois où je suis tombé sur le 360°. Je devais avoir dix-sept ans peut-être? Ça devait certainement être lors d’une de mes virées à Lausanne depuis ma Broye fribourgeoise natale. Bien entendu j’ai dévoré ses pages, j’ai sûrement ramené en cachette quelques exemplaires que j’ai savamment dissimulés derrière les tiroirs de mon bureau dans ma chambre d’ado. Ce magazine a toujours été une forme de maison, une version imprimée de ce à quoi peut ressembler le sentiment réconfortant d’être chez soi. Ces quelques pages imprimées dix fois par an ne sont rien moins que l’agréable sensation de tenir entre mes mains un objet dans lequel aller chercher des histoires et des personnes qui me ressemblent, un lieu où j’ai pu découvrir des gens qui sortent de la norme, la questionnent, la redessinent.

Presque quinze ans plus tard, ce que le Robin ado n’aurait jamais osé rêver, même dans ses songes les plus fous, est arrivé: être à la tête de ce magazine que j’aime tant. Cette opportunité m’est donnée de la plus belle des façons qui soit, en succédant à Alexandre Lanz qui, au fil des mois passés à travailler ensemble, est devenu un ami. S’il ne l’a pas encore compris, mes deux moi, celui de trente-et-un et l’autre de dix-sept ans le remercient du fond du cœur.

On m’a donc confié les clés de cette maison qui m’est si chère et j’ai pour tâche d’en prendre soin. Alors que le monde ne va pas franchement pour le mieux, que les personnes LGBTIQ+ et leurs droits sont incessamment questionné·e·x·s, je veux que tous·tes·x sachent que la porte leur est grande ouverte. Bien sûr, comme dans une famille très nombreuse, certain·e·x·s se sentiront de temps à autre oublié·e·x·s peut-être, ou mal compris·e·x parfois. Il soufflera peut-être occasionnellement des vents torrides ou des bourrasques glaciales et, inévitablement, des maladresses seront faites. Mais comme mis en avant par la Bulle Pride cet été: «parlons-nous». Échangeons honnêtement, avec nuance, avec bienveillance. Il est difficile de faire vivre ensemble sous le même toit plusieurs générations avec des aspirations et des histoires de vies si diverses, si magnifiquement variées. Mais cette maison a été construite sur un indéfectible soutien et une admiration folle pour l’ensemble des combats menés par les personnes LGBTIQ+. Ils ont marqué de manière indélébile chaque recoin de ce lieu et continueront encore de le faire, inspirons-nous-en. Ce qu’il nous faudra aussi, pour vivre ensemble au mieux, c’est de la patience, de la pédagogie et de la résilience pour construire des ponts, pour mieux nous comprendre. Il me tient à cœur de rappeler ici que nos adversaires savourent les occasions où notre énergie est gaspillée entre nous, alors qu’eux sont bien unis et font front commun. Cette maison que j’ai l’honneur d’entretenir en ce moment, je la vois comme un lieu de débat, un lieu bienveillant, un lieu pour se soigner, un lieu pour se reposer. La porte du 360° vous est grande ouverte, entrez-donc, vous êtes ici chez vous.

 

_________________
1er sept. 2022   Thèmes: