L'humeur de Christine Gonzalez

«Le sexe peut être un jeu passionnant, intense, instructif, sans stress»

Christine Gonzalez RTS
Photo: RTS/Philippe Christin

Un numéro sex games? Mais trop bien! Des mots fléchés entre une baise et un Espresso Martini, excellent programme.

Par

Animatrice de Question Q sur RTS-La Première

Et enfin on prend le cul pour ce qu’il peut être: un jeu. Mais pas un jeu sérieux genre Olympiades du sexe avec chronomètre, performances et médailles à la clef. Roulements de tambours, «le meilleur plan cul de Suisse romande est attribué à égalité à.. Emma, éjaculatrice hors pair ainsi que Jean-Mimi et sa trique de 18 centimètres que rien n’arrête pendant 42 heures!»

Pas un jeu affreusement ennuyeux comme pourrait l’être un Monopoly qui dure des plombes, même si certain·e·x·s envisagent le cul comme un jeu de plateau où lorsque tu baises tu deviens de facto propriétaire, tu possèdes, tu achètes, en espérant ne pas crouler dans quelques années sous les hypothèques. Beurk. Sinon on peut aussi filer la métaphore avec le Risk, même si j’ai jamais trop pigé les règles ou encore le Cluedo, histoire de chercher des heures dans quelle backroom s’est planqué le colonel Moutarde. Bref, chiant.

Au contraire, le sexe peut être un jeu passionnant, intense, instructif, sans stress. Un jeu sans Taboo qui ressemble à une immense poilade (dans tous les sens du terme), un jeu où à la fin personne ne gagne ni ne perd, un jeu avec des règles qui se décident selon le nombre de participant·e·x·s. Celleux-ci déterminent les accessoires, le décor, la playlist musicale (attention les chansons de Tamino comptent double). Un jeu où chacun·e·x fixe ses limites et prend en compte celles des autres. Un jeu où si tu veux pas participer t’es pas la personne qui casse l’ambiance Puissance 4. Un jeu à pile ou face avec ou sans atout cœur.

 

_________________
23 juillet 2022   Thèmes: