Chroniques

«Gay» ou «Gai», that is the question!

Marius Diserens est spécialiste en question de genre et de diversité, est chargé de garantir une large inclusion éditoriale et partage avec nous ses mots « coups de cœur » du mois.

Oh dear reader,

Tirer les ficelles a ceci de jouissif, c’est réussir à amorcer un tournant éditorial. Ma force de persuasion a vaincu les résistances de l’anglicisme (dit-il alors qu’il en fait un dans sa première ligne). Mes yeux pleurent souvent à la lecture du terme «gay» utilisé comme adjectif. Dans une volonté d’inclusivité, il a été décidé d’utiliser le terme «gay» comme substantif et le terme «gai», déclinable à toutes les couleurs et formes qu’embrassent la conjugaison française, lorsqu’il s’agira de définir une personne/chose.

Ce qui m’apparaissait comme un caprice d’académicien fonctionne en réalité comme toute nouveauté: il faut un temps d’acceptation pour ne pas brusquer. Mais c’est bien la volonté du magazine d’écrire en inclusif, et de refléter toutes les réalités de nos populations marginalisées, qui a triomphé.

C’est au-delà de l’Atlantique, chez nos ami·e·x·s les Canadien·ne·x·s que l’on dit «homme gai» et non «homme gay». Personne ne s’accorde sur l’origine exacte du terme «gai». Ce qui m’a séduit c’est de pouvoir y trouver la réduction de guay, du latin gaudium, autrement dit «joie, liberté, allégresse et sans contrainte».

Avec ce changement de paradigme, une population pourra être gaie, des hommes gais, des vies gaies, un amour gai, mais un gay restera un gay. Plus de plasticité dans nos identités doit aussi amener à plus de malléabilité dans la langue. Oh oui, dear reader, les débuts vont être rocambolesques, mais le jeu linguistique en vaut la chandelle.

_________________
4 février 2022   Thèmes: Étiquettes : ,

2 comments

Is that the question? Seriously? Il faudrait écrire gai à la québécoise parce que gay fait mal aux yeux? Quelle « inclusivité » y a-t-il a remplacer un y par i? Quelle rapport avec la conjugaison? Comment peut-on empiler autant d’incohérences dans un si petit texte?

Comments are closed.

À lire également