Archives

Pologne: Le durcissement se confirme

Avec l’interdiction d’une nouvelle manifestation à Poznan, le ciel continue de s’assombrir pour les femmes et les homos polonais.

La Marche de l’Egalité, qui devait se tenir le 15 novembre à Poznan, dans l’ouest de la Pologne, dans le cadre d’une manifestation organisée avec les mouvements féministes et écologistes locaux, a été interdite par la municipalité – officiellement suite à des «préoccupations de sécurité». En fait, de fortes pressions semblent avoir été exercées par les parties de droite et d’extrême droite, ainsi que par l’archevêché de Poznan. Ce dernier qui jugeait l’événement susceptible de «semer la dépravation et de menacer les habitants de Poznan». En 2004, une manifestation similaire avait été bloquée physiquement par des jets de projectiles envoyés par les jeunes membres d’une milice affiliée au parti d’extrême droite la Ligue des familles polonaises.
Ce nouvel événement intervient quelques semaines après l’entrée en fonction du nouveau président polonais Lech Kaczynski et la formation du gouvernement de Kazimierz Marcinkiewicz. Ceux-ci ont accordé de nombreux gages aux courants catholiques les plus conservateurs, notamment en limitant les droits des femmes et des homosexuels. Marcinkiewicz s’est ainsi dit, par exemple, déterminé à empêcher les homosexuels d’enseigner dans les écoles. La Marche de l’Egalité de Poznan devait marquer symboliquement les 20 ans de l’opération Hyacinthe, qui sous le régime communiste avait pour objet le fichage et la surveillance des homosexuels – le tout dans un pays où pourtant, l’homosexualité est dépénalisée depuis 1932.

[Source: Warsaw Independent. Montage: Lech Kaczynski (à gauche), Kazimierz Marcinkiewicz (à droite)]

Thèmes: Pologne 

À lire également