Archives

Anatomie du «Plan Cul»

L’artiste Philippe Wicht sonde les mystères et les paradoxes de la drague virtuelle, «anti-sentimentale» et pourtant terriblement intime. À voir jusqu’à dimanche à l’Arsenic de Lausanne.

Et si l’on transposait sur scène le rituel de la drague en ligne? Histoire d’étaler sous les regards du public ce qui se joue dans les slips et dans les cœurs au cours de cette quête virtuelle, devenue une part significative de nos existences…

Ce «plan cul» peut être lu «comme une performance d’art vivant où tout est prévu mais rien n’y est garanti», résume Philippe Wicht. Seul sur le plateau de l’Arsenic (Lausanne), l’artiste fribourgeois de 28 ans propose d’explorer les ressorts de ces rencontres «anti-sentimentales détenant pourtant un caractère extrêmement intime». Un jeu de cache-cache intime et sensuel, qui dit beaucoup des rapports humains contemporains.

«Plan Cul», de Philippe Wicht @ Arsenic, Lausanne. Dès ce mardi soir et jusqu’au 17 janvier » plus d’infos

Thèmes: Théâtre 

À lire également