Agenda

Arosa Gay Ski Week

Arosa, 21 janvier 2023 - 28 janvier 2023
Bars & Clubs

Livresse, c’est la fin!

Genève, ven 16 décembre, 17:00
Agenda
#Théâtre

Music Hall

Genève, lun 5 décembre - dim 18 décembre

Sexiste mon jeu vidéo ?

L’univers des jeux vidéo n’est plus l’apanage d’adolescents mâles tapis dans la pénombre de leur chambre. Alors que les études montrent que les femmes sont de plus en plus nombreuses à entrer sur ce marché, les éditeurs de jeux restent dramatiquement conservateurs dans leur offre.

Que ce soit devant ou derrière l’écran, les clichés ne manquent pas dans ce monde virtuel. Une étude réalisée en 2001 par l’organisation américaine Children Now démontrait que 86% des protagonistes de jeux sont des hommes de race blanche. De plus, lorsque les personnages de couleur apparaissent à l’écran, ils y manifestent une conduite agressive dans 8 cas sur 10. Si ces chiffres ont de quoi faire bondir, ils font partie des nombreux clichés véhiculés par les principaux éditeurs de jeux.

Les idées reçues se situent également au niveau des joueurs: les femmes n’aiment et ne savent pas jouer. Erreur ! Cet état de fait change depuis peu puisque de nombreux organisateurs de tournois en réseau – vastes réunions où des joueurs confirmés s’affrontent sans relâche nuit et jour – ciblent désormais la participation féminine. A Dallas, le 28 septembre de cette année a coïncidé avec la mise sur pied du tournoi international baptisé FRAG 4. Sa particularité? Il était exclusivement réservé aux femmes. Si certaines y voient une forme de revanche et les hommes une forme de discrimination injustifiée, l’organisateur de la manifestation estime qu’ «il ne s’agit pas de ségrégation, mais simplement de rendre aux femmes l’attention qu’elles méritent.» Les participantes se sont affrontées sur un des jeux les plus violents du moment, à savoir Quake 3, qui met en scène des combats d’une violence toute masculine…

Une étude, publiée par l’Entertainment Software Association (ESA) américaine, révèle que le profil type du joueur tend à se modifier considérablement au fil des années. Si l’âge moyen s’est élevé à près de 29 ans, l’analyse annonce que les femmes de plus de 18 ans sont plus nombreuses que les jeunes garçons à jouer sur console ou ordinateur. Réalisé auprès d’un échantillon de plus de 1000 personnes, le sondage étonne certains puisqu’il affirme que plus de 40% des joueurs sont des joueuses.

Du côté de l’offre cependant, les titres destinés aux femmes restent pour la plupart d’affolantes caricatures. En dehors de la thématique Barbie ou des jeux de danse empreints d’une ahurissante niaiserie, les éditeurs du monde entier ne semblent pas faire cas de cette nouvelle tendance. La publication de ces nouvelles prises de températures auprès des «gamers» devraient néanmoins les persuader que jouer est une activité qui se conjugue aussi au féminin.