Lynn Bertholet. Capture RTS.

Une femme trans remporte son bras de fer face à sa caisse maladie

L’arrêt pourrait faire jurisprudence: la justice genevoise reconnaît une chirurgie du visage comme indispensable à la transition. L’assureur doit donc rembourser.

C’est la satisfaction au terme d’une longue bataille de deux ans pour la Genevoise Lynn Bertholet. Cette femme trans de 58 ans va obtenir de son assurance de base la prise en charge d’une opération de chirurgie du visage, d’un coût de 5780 francs, rapporte la RTS.

Sa caisse maladie, le Groupe Mutuel, s’était obstiné à n’y voir qu’une simple opération «d’amélioration esthétique», malgré l’avis de trois chirurgiens. «Ils m’ont dit que mon visage avait des caractéristiques marquées, mes orbites oculaires, et qu’en les gommant, je me sentirais mieux» a-t-elle expliqué dans un sujet diffusé au «19:30». Dans un arrêt rendu en mai dernier, la Chambre des assurances sociales de la Cour de justice genevoise a donné raison à l’assurée.

Jurisprudence
Le cas pourrait faire jurisprudence en Suisse, le Groupe Mutuel n’ayant pas déposé de recours. «Il y a pas mal de femmes trans qui ont des caractéristiques masculines assez marquées, et qui jusqu’à maintenant renonçaient à faire corriger cela, ajoute Lynn Bertholet. J’espère que ces personnes ne renonceront pas à être les femmes qu’elles sont.»

À lire également