«Les acquis de ces dernières années sont en danger»

La Rainbow Map 2018, publiée aujourd’hui par l’ILGA-Europe, dresse un portrait contrasté des politiques pro-LGBTI sur le continent. En 22e position sur 49 pays, la Suisse peine toujours à se hisser au niveau de ses voisins.

Il n’y a pas à dire: on est encore loin du compte. La Rainbow Map, classement européen annuel de la situation des LGBT au niveau des lois et des politiques publiques, montre pour 2018 un très timide rattrapage de la Suisse, consécutif à la mise en application de la loi permettant au partenaire de même sexe d’adopter l’enfant de sa ou son conjoint·e. La Confédération remplit désormais 38% des critères, contre 31% l’an dernier. C’est toujours très loin de ses voisins d’Europe occidentale et du nord. L’Autriche affiche un score de 56%, l’Allemagne 59% et la France 73%. Dans la région, seule l’Italie fait pire que la Suisse, avec 27%.

Cette piètre position de la Suisse reflète l’absence de mariage égalitaire, en chantier depuis 2013, mais aussi le caractère incomplet du dispositif en matière de protection contre les discriminations et surtout la totale impasse dans le domaine de la prise en compte des crimes et discours de haine. Alors que des mesures ont été mis en place dans une grande partie du continent – y compris dans des pays de l’est de l’Europe – le Parlement suisse cale toujours sur des initiatives comme celle déposée par Mathias Reynard il y a plus de cinq ans.

Des progressions spectaculaires et des stagnations
Avec 91%, Malte caracole en tête du classement, grâce à un effort de protection des LGBTI particulièrement audacieux. L’archipel est par exemple un des seuls Etats au monde à bannir les thérapies de conversion – un des nouveaux critères introduits en 2018. Une transformation spectaculaire est également à l’œuvre en Irlande ou en Grèce, notamment. L’ILGA-Europe relève toutefois une stagnation chez certains pays précurseurs des droits des gays et lesbiennes, comme les Pays-Bas, qui plafonnent à 60% – soit 19% de retard sur la Belgique voisine.

«Dans un contexte de retour de bâton contre les droits humains, comment les Etats peuvent-ils penser que le travail sur l’égalité des LGBTI est terminé? s’interroge Evelyne Paradis, directrice exécutive de l’ILGA-Europe. Les acquis incroyables de ces dernières années sont en danger. Populisme et nationalisme ne sont pas juste des mots politiques à la mode, ils peuvent avoir des conséquences durables sur la vie des personnes LGBTI en Europe.» Suivez mon regard… Ainsi plusieurs pays d’Europe centrale ont connu un recul dans le classement Rainbow Map, passant du vert à l’orange ces dernières années (Hongrie), voire de l’orange au rouge (République tchèque, Pologne, Roumanie et Lettonie).

» Plus d’infos sur rainbow-europe.org

1 comments

Laisser un commentaire

*

À lire également