Le Q Bar de Shanghai.

Flics chinois sur la piste de go-go boys en slip transparent

L’explosion de la scène gay à Shanghai ne va pas sans accrocs. Dimanche matin, 70 clubbers se sont retrouvés en garde à vue. La disco où ils se trouvaient est soupçonnée de proposer des «spectacles pornographiques».

Une descente de police a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche dans un club gay de Shanghai. Une soixantaine de personnes, clients ou membres du personnel du Q Bar, ont fini la nuit au poste, où ils ont été soumis à un interrogatoire. Selon plusieurs d’entre eux, dont les témoignages sont recueillis sur le blog Shanghaiist, les policiers semblaient particulièrement désireux d’en savoir plus sur les spectacles de go-go boys: portaient-il des slips transparents? voyait-on leurs organes génitaux? Est-ce que le public leur glissait des billets dans les sous-vêtements?

La concurrence effrénée entre les établissements gay qui fleurissent dans la métropole chinoise pourrait être à l’origine du raid. Un DJ du Q Bar, qui rapporte avoir été gardé à vue pendant 12 heures sans eau ni nourriture, affirme que l’opération a été déclenchée sur dénonciation d’un club rival. Selon d’autres sources, ce sont des travailleurs immigrés vivant dans des cabanes sur le toit du bâtiment qui se seraient plaints de la présence d’hommes nus buvant de la bière, parlant bruyamment, ou même ayant des rapports sexuels.

À lire également