Mobiles homophobes ignorés pendant 25 ans

La police de la Nouvelle-Galles du Sud (Australie) a présenté ses excuses pour ses enquêtes bâclées sur les meurtres de gays dans la région de Sydney, entre 1976 et 2000.

«La police reconnaît sans réserve qu’elle-même et que la société dans son ensemble se sont accommodées des passages à tabac et des cas de violences choquantes visant les hommes gay et la communauté LGBT.» Les forces de l’ordre de Nouvelle-Galles du Sud, province la plus peuplée d’Australie, ont fait amende honorable cette semaine lors de la présentation d’un rapport accablant sur les meurtres de gays survenus entre 1976 et 2000, rapporte la BBC.

Un groupe de travail créé au sein de la police a réexaminé les dossiers de 88 affaires classées au cours de cette période. Au bout de trois ans, elle a établi qu’au moins 27 hommes avaient été victimes de la haine antigay. Dans 25 autres cas, ce mobile ne pouvait être exclu. A l’époque, toutefois, la question de l’homophobie n’était pas abordée et aucun programme de protection ou de prévention n’avait été mis en place, donnant aux agresseurs potentiels un «permis de tuer», ont estimé les auteurs du rapport.

Au plus fort de la crise du sida
Ce dernier fait suite à un travail de l’Institut australien de criminologie, qui mettait en évidence la laxisme des autorités face aux meurtres d’homosexuels, notamment au plus fort de la pandémie de sida, à la fin des années 1980, début des années 1990, quand les gays étaient le plus stigmatisés. Beaucoup des faits, «d’une extrême violence» comme le souligne le rapport, s’étaient déroulés près de lieux de drague gay de Sydney et au bord de la mer, avec certaines des victimes jetées du haut de falaises.

Ces événements ont inspiré en 2016 la minisérie «Deep Water», produite par la chaîne australienne SBS.

La Nouvelle-Galles du Sud n’a dépénalisé l’homosexualité qu’en 1984. Six ans plus tôt, la police avait d’ailleurs réprimé avec violence le premier Mardi Gras de Sydney, aujourd’hui l’une des manifestations LGBT les plus connues au monde.

À lire également