Ruben Estrada, Roberto Vega et Carlos Uriel López (de g. à dr.).

Trois militants LGBTI froidement assassinés

Le principal animateur de la communauté gay de Taxco, petite ville touristique, et deux de ses amis auraient été victimes d’une tentative d’extorsion à la sortie d’un club.

La communauté LGBT de la ville de l’Etat du Guerrero (150km au sud de Mexico), est sous le choc. Trois de ses membres, dont le leader d’une association locale de la ville de Taxco, ont été retrouvés assassinés dimanche. Les corps de Ruben Estrada, ainsi que des militants Carlos Uriel Lopez et Roberto Vega ont été retrouvés, la tête criblée de balles sur le bord d’une route. Deux d’entre eux auraient été torturés.

Le chef de la police estime que les trois hommes, enlevés à la sorte d’une boîte de nuit, ont probablement été victimes d’une tentative d’extorsion. Quatre suspects ont été arrêtés le lendemain en possession d’armes et de drogue.

Lourd tribut
La région, autrefois très touristique, est minée par la violence des gangs de narcotrafiquants. Le Parquet n’a pas exclu que les victimes aient été prises pour cible en raison de leur activités en faveur des droits de la communauté LGBTI. Estrada, 35 ans, était l’organisateur de la gay pride de Taxco et d’un concours de beauté.

La minorité paie un lourd tribut au conflit, avec 202 morts dans la période 2014-2016, dont plus de la moitié de personnes trans, rappelle le site britannique PinkNews. Gaby Soberanis, président du groupe LGBTI Diversidad Guerrero s’est dit «triste et déprimé» par le massacre: «Ils étaient jeunes et ils avaient l’avenir devant eux. Toute la communauté est en deuil.»

À lire également