Ras-le-bol queer face à la propagande anti-IVG

Les militants LGBT sont entrés dans la bataille pour l’abrogation des lois criminalisant l’avortement en Irlande. Leur cible: les affiches pro-life, dont les slogans et les images violentes prolifèrent dans le pays.

Dans une semaine, le vendredi 25 mai, les électeurs irlandais diront s’ils veulent abolir le 8e Amendement de la Constitution nationale, qui garantit un droit à la vie pour le fœtus, criminalisant ainsi l’avortement sauf quand la vie de la mère est en danger. Le débat fait rage dans le pays, dernier d’Europe occidentale à interdire de fait l’IVG. Dans la dernière ligne droite de cette campagne historique, et alors que les sondages montrent une réduction de l’avance du «oui» (de 40 à 12 points), les mouvements anti-avortement multiplient la pose de panneaux montrant des fœtus et utilisant des slogans tel que «Permis de tuer», «On tue des bébés irlandais».

Face à ces messages culpabilisants, et des images parfois insoutenables, des mouvements LGBT sont sortis de leur réserve pour montrer leur solidarité avec le mouvement pro-choice. Comme le rapporte Pink News, le mouvement de jeunes Radical Queers Resist a notamment entrepris de cacher la propagande des partisans du «non» avec des drapeaux arc-en-ciel. «Il n’y aura pas de libération LGBTQ tant que l’on n’aura pas la liberté de son corps et une égalité de traitement», explique un militant au site LGBT britannique.

Intimidation
Les actions ont démarré après des rassemblements anti-avortement devant des établissements LGBT le mois dernier, une démarche perçue comme une tentative d’intimidation. En réponse, Radical Queers Resist s’est mis à déployer des drapeaux arc-en-ciel sur les affiches disposées aux abords des maternités et des universités, à Dublin et à Cork. Principal lobby pro-life, l’Irish Center for Bio-Ethical Reform (ICBR) a dénoncé ces actions, accusant le groupe queer d’agir contre la liberté d’expression et d’empêcher la diversité d’opinions au sein de la communauté LGBT: «En couvrant nos panneaux avec des rainbow flags, ils utilisent un symbole international d’égalité pour couvrir la preuve photographique de la plus grande inégalité de notre temps. C’est on ne peut plus ironique.»

Les actions de RQR ont été filmées par l’ICBR dans un clip intitulé «The Cover Up» (la dissimulation). Mais au lieu de susciter des condamnations, la vidéo postée sur YouTube a fait l’effet d’un coup de pub pour le groupe queer. «Cette vidéo souligne le boulot formidable de RQR et des syndicats étudiants pour protéger le public des mensonges blessants, haineux et délibérément provocateurs du lobby nataliste», résume un internaute.

À lire également