Ali Erol. Photo DR

Leader LGBT turc sous les verrous

Le cofondateur de Kaos GL Ali Erol a été arrêté ce matin, après un tweet qui dénonçait l’incursion de l’armée turque en Syrie.

C’est une répression sans fin qui s’abat sur la société turque. Sa dernière victime en date est le cofondateur de la principale organisation LGBT du pays, Kaos GL. Ali Erol a été arrêté ce matin à son domicile d’Ankara. Aucune justification officielle n’a été donnée.

Son interpellation serait toutefois liée à des critiques émises sur les réseaux sociaux à propos des opérations militaires à Afrine, dans le nord-ouest de la Syrie, où l’armée turque a entrepris de déloger la milice kurde YPG. Plus de 300 personnes ont été interpellées ces derniers jours après avoir apporté leur soutien à l’Association médicale nationale, la TTB, qui a récemment dénoncé l’opération. Une «trahison», pour le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan. Ali Erol, avait lui-même écrit sur Twitter: «La guerre est un problème de santé publique. Nous sommes avecle TTB».

Groupes LGBT bâillonnés
Les activités des groupes LGBT ont par ailleurs été étouffées par le pouvoir depuis 2013. A Istanbul, ce sont désormais les forces antiémeutes qui dispersent les autrefois très populaires gay prides. Et cet automne, la capitale Ankara a interdit toute manifestation LGBT «jusqu’à nouvel ordre». «L’arrestation d’Ali Erol montre une fois de plus le sort réservé par la Turquie à la liberté d’expression», a commenté l’association Kaos GL, qui a exigé la libération de son confondateur.

1 comments

Ne pas s’étonner si la Turquie se dirige vers un renforcement juridique de l’homophobie d’Etat.

L’etape final de ce processus, ce sont les camps de concentrations pour les LGBT.

Ne pas s’étonner, la république musulmane de Tchéchenie à ouvert la voie, d’autres suivront, ce n’est qu’une question d’année ou de décennie. La dynamique est en cours

Comments are closed.

À lire également