Le militant Caleb Orozco et l'avocate Lisa Shoman.

Loi anti-gay enfin abrogée au Belize

La Cour suprême du petit Etat d’Amérique centrale a rayé l’article 53 de son Code pénal, après des années d’efforts des défenseurs des droits de l’homme.

Le dernier pays du continent latino-américain qui criminalisait l’homosexualité a enfin fait le ménage dans son Code pénal. La Cour suprême du Belize a abrogé mercredi l’article 53. Ce vestige du code colonial britannique punissait les rapports «contre nature» de 10 ans de prison, rappelle le site Kaleidoscot.

C’est l’aboutissement d’années d’efforts pour les associations de défense des droits humains dans ce petit pays de 350’000 habitants. Le militant Caleb Orozco et l’avocate Lisa Shoman avaient déposé une plainte devant la Cour suprême en 2013, soulevant que l’article 53 violait la Constitution bélizienne. «Nous avons gagné sur tous les plans: dignité, droit à la vie privée, lutte contre la discrimination, liberté d’expression et égalité de protection devant la loi. Le combat n’a pas été facile, mais les menaces, les intimidation et l’insécurité ne nous ont pas arrêtés», a commenté Orozco. Les Eglises catholique, anglicane et évangéliques avaient fait campagne pour le maintien de la loi homophobe.

Une trentaine de personnes restent actuellement poursuivies pour homosexualité au Belize. Le verdict pourrait avoir des répercussions dans dix pays des Caraïbes qui disposent encore de lois répressives contre les homosexuels, espèrent les militants locaux.

À lire également