Gohmert, 63 ans, siège sous la Coupole depuis douze ans.

Pas de gays dans les colonies spatiales!

Devant le Congrès stupéfait, un représentant du Texas a fait sensation en mettant en garde le pays contre l’envoi d’homosexuels dans l’espace.

Alors qu’un psychodrame sans fin se joue autour de l’accès des trans américains aux toilettes, un élu du Parti républicain semble avoir trouvé un cheval de bataille encore plus absurde dans sa croisade contre les LGBT. Jeudi, Louie Gohmert a stupéfié l’assistance du Congrès (et quelques centaines de milliers de téléspectateurs) en mettant en garde la Nasa contre la tentation de… créer des colonies gay dans l’espace.

«Si un astéroïde arrive sur la Terre et met fin à l’humanité, comme les dinosaures en leur temps, OK on aurait un vaisseau spatial qui pourrait partir comme Matt Damon dans le film («Seul sur Mars», ndlr.) et établir une colonie quelque part», a expliqué l’illuminé au milieu de son discours sous la Coupole. «Si on décide que 40 personnes seront à bord de ce vaisseau qui sauverait l’humanité, combien y mettrait-on de couples de même sexe?» a-t-il lancé, le plus sérieusement du monde.

Empereur Padishah des cinglés
Gohmert a été couronné récemment «Empereur Padishah des cinglés» par un éditorialiste du magazine «Esquire», qui a suggéré de l’envoyer lui-même dans l’espace. Il n’en est pas à sa première élucubration. Il est le promoteur d’idées étranges sur l’influence des pipelines sur l’activité sexuelle du caribou et de théories sur l’élevage de bébés terroristes. Ce chrétien fervent avait également développé des propositions décoiffantes sur le mariage pour tous. Il avait recommander de tester la formule en envoyant des couples gay et lesbiens sur une île déserte, et de retourner 100 ou 200 ans plus tard pour voir le résultat. Le Texan avait aussi fait quelques vagues en comparant les militants pour les droits des gays aux nazis.

2 comments

Comments are closed.

À lire également