«Dites non à la légalisation de la haine et de l'homophobie»: un manifestant lors d'une manifestation à Tucson contre la loi SB1062, samedi. Photo: FB/Wingspan AZ.

Discrimination au nom de la «liberté religieuse»

En Arizona, le Parti républicain a réussi à faire voter une loi qui permettrait aux commerçants de refuser de servir les gays et les lesbiennes. Un dangereux précédent.

C’est la toute dernière arme qu’ont trouvée les milieux ultraconservateurs américain pour battre en brèche la protection contre les discriminations: un renforcement de la loi sur la «liberté religieuse» a été adopté la semaine dernière par l’Etat d’Arizona.

Soutenue à la quasi unanimité de la majorité républicaine, l’amendement à la loi SB1062 doit permettre aux commerçants et aux prestataires de services de refuser, en vertu de leurs convictions religieuses, certains clients. Dans leur collimateur: les gays et les lesbiennes. Actuellement, ceux-ci sont en mesure de traîner devant les tribunaux un pâtissier qui refuserait de leur préparer un gâteau de mariage, par exemple. Ces derniers mois, plusieurs affaires de ce type à travers les Etats-Unis ont provoqué une vaste controverse et indigné la droite dure et les chrétiens conservateurs.

«No gays allowed»
Les adversaires du texte laissent planer le spectre de pancartes «No gays allowed» (interdit aux gays) qui fleuriraient dans les vitrines. Les commerçants devront toutefois prouver que le fait de servir des personnes homosexuelles fait peser un «fardeau substantiel» sur leurs convictions religieuses. La gouverneure Jan Brewer a encore la possibilité d’opposer son veto à l’amendement. Elle tranchera vraisemblablement cette semaine.

2 comments

Ce qui est quand même remarquable en filigrane, et ce dans toutes les configurations de haine sociale envers les minorités, c’est que ce qui est (et peut être) déclaré scandaleux et éventuellement illégal se limite aux échanges marchands. Ce qui semle confirmer qu’ils sont en dernier recours la base actuelle de tous les rapports sociaux. On ne peut être légitimement discriminé dès lors que sur la valeur monétaire que l’on représente. Mais personne ne pense que c’est une discrimination, car cette évaluation sociale est naturalisée – exactement comme pour les réaques l’hétérobiotité. Un monde sans dicrimination serait un monde sans évaluation – et sans appropriation. On est loin d’y être.

Encore et toujours la même secte haineuse et intolérante qui se prétend être le symbole de l’amour du prochain et de la compassion!

Comments are closed.

À lire également