Luka Magnotta aurait utilisé différents pseudo pour ses films X.

Luka Magnotta, un parcours qui glace le sang

Interpol est aux trousses du jeune acteur de porno gay amateur. Il aurait fui le Canada après avoir commis un meurtre avec actes de barbarisme, une scène qu’il aurait filmée et diffusée.

Mardi dernier, un paquet contenant un pied humain est arrivé au QG du Parti conservateur à Ottawa. Juste avant, la police de Montréal découvrait un torse enfermé dans une valise, puis une main dans un paquet intercepté au centre de tri postal d’Ottawa. Mercredi soir, la police de Montréal a désigné Luka Rocco Magnotta, un Canadien anglophone de 29 ans, comme le principal suspect de ce crime. Il s’est filmé en train de tuer et démembrer sa victime, avant de commettre des actes sexuels et de cannibalisme sur le cadavre. La victime serait un homme d’origine asiatique âgé de 31 ans, selon des informations non confirmées par la police. Lui et Magnotta se connaissaient. Dans une note retrouvée dans l’un des colis, l’auteur du crime menace de frapper encore et précise que d’autres parties du corps ont été envoyées par la poste. Jeudi soir, les enquêteurs estimaient probable qu’il ait quitté l’Amérique du Nord pour l’Europe, probablement la France.

L’affaire a soulevé un immense haut-le-cœur au Canada et dans le monde. La personnalité trouble du suspect fait froid dans le dos. Selon les médias canadiens, Magnotta, né Eric Clinton Newman, a grandi dans une banlieue modeste de Toronto. Il aurait coupé les ponts avec sa famille pour entamer une carrière de mannequin. Il apparaît effectivement dans quelques photos de mode au début des années 2000, mais ce n’est pas sa seule occupation. Il est arrêté en 2004 pour avoir soutiré quelque 17’000 dollars à une femme et usurpé son identité, notamment en se travestissant. La victime aurait également été harcelée et agressée sexuellement par le jeune homme, alors âgé de 22 ans. Eric Clinton Newman avait écopé d’une peine avec sursis. Signe prémonitoire: les juges lui avaient défendu de posséder une caméra et d’utiliser internet.

Blogs étranges
C’est peu après qu’il abandonne son nom de naissance, pour adopter officiellement celui, plus exotique, de Luka Rocco Magnotta. De cette période subsistent plusieurs sites internet à son nom. CTV remarque que sur ces multiples blogs à la conception très approximative, il fait la promotion de ses activités de mannequins, mais ne fournit aucun contact d’agence, ni même un e-mail. On y trouve par contre de longues ruminations paranoïaques.

De fait, en 2007, il avait défrayé la chronique à cause de la liaison qu’on lui aurait prêté (ou qu’il aurait aimé qu’on lui prête) avec Karla Homolka, l’épouse et complice du tueur et violeur de trois adolescentes, dans les années 1990. Homolka venait d’être libérée après avoir purgé 13 ans de prison. Interviewé à l’époque, le garçon prétendait avoir reçu de menaces de mort. Selon lui, ces rumeurs avaient brisé sa carrière. Lors de l’interview, Magnotta semblait sous l’emprise de la drogue. «C’était comme parler avec un extraterrestre», a décrit le journaliste Joe Warmington qui l’avait rencontré.

Mythomane et narcissique
Le jeune homme semblait «prêt à tout pour faire parler de lui». Le «Toronto Sun» avance qu’il aimait prétendre avoir été l’amant de Michael Jackson. Il avait également eu son «heure de gloire» en filmant la mise à mort et la torture de chatons, en 2009. Des vidéos qui lui avaient valu des plaintes et des menaces de défenseurs des animaux. Pendant cette période, il aurait tourné des films pornos gay bas de gamme et des séquences amateur pour des sites internet X, entre autres prestations sexuelles.

À lire également