Culture Cinéma

Une amitié indéfectible

Fernando Perez offre un instantané contrasté sur Cuba dans «Ultimos Días en La Habana», tragi-comédie pleine de finesse et de subtilité.

6 déc. 2017 | par

ultimos-dias-en-la-habana
Miguel (Patricio Wood)

Miguel et Diego, la quarantaine avancée, vivent ensemble dans un appartement délabré au centre de la Havane, une ville sur le point de connaître de grands changements. Plongeur dans un restaurant, le taciturne et morose Miguel (Patricio Wood), déçu d’un régime plein de contradictions, n’espère rien de la révolution. Il rêve de fuir aux Etats-Unis et se prépare à l’aventure en regardant une carte de son eldorado épinglée au mur de la cuisine, tentant également d’apprendre chaque jour quelques mots d’anglais.

Dans l’attente impatiente de son visa, il prend soin de Diego (Jorge Martinez) cloué au lit, le nourrit et veille à satisfaire ses désirs. En phase terminale du sida, ce dernier garde paradoxalement une incroyable vitalité, un sens aigu de l’humour et de la dérision. Continuant à affirmer haut et fort une homosexualité qualifiée de perversion par le gouvernement et qui lui a valu le rejet de sa famille, il veut jouir le plus possible d’une existence qu’il a tant aimée. Ces deux hommes que tout semble séparer sont pourtant liés par une amitié profonde, indéfectible.

Solidarité
Tandis qu’on suit son agonie, on assiste à une sorte de valse des habitants de l’immeuble décrépi, un vieux bonhomme, un coiffeur, une prostituée, une voisine pratiquant la santeria, qui viennent rendre visite au malade, proposant leur aide. Ils manifestent une solidarité que l’on retrouve ailleurs dans la capitale, au sein d’une population hétéroclite.

Affrontant son lot quotidien de difficultés, elle se débrouille avec les moyens du bord, plus ou moins catholiques, pour les surmonter dans un pays miné par la crise économique, celle du logement et la corruption. Certains partent d’autres restent dans cette île qui n’est plus ce qu’elle était, mais ignore ce qu’elle sera. Avec «Ultimos Días en La Habana», tragi-comédie pleine de finesse et de subtilité, Fernando Pérez, documentariste à ses débuts, nous offre l’instantané contrasté d’un Cuba comme suspendu entre le présent et le futur. Celui-ci est représenté par la jeune nièce de Diego, une adolescente fugueuse à la langue bien pendue qui veut camper chez son oncle pour échapper à sa mère.

Le réalisateur semble envisager cet avenir avec un certain optimisme. D’où ce film en forme de leçon d’humanité, à la fois triste, drôle, émouvant. Dénué de pathos et de misérabilisme, il montre l’amour que son auteur éprouve pour la ville, ses compatriotes et la culture cubaine.

» Sortie le 6 décembre

Partager sur
Thèmes ,
Mise à jour 07.12.2017 09:41
488 vues

*


Sur le même thème

Top