Gaymap News Genève

Filmar en América latina, côté LGBT

Pour sa 19e édition, le festival présente des documentaires et des fictions témoins d’un septième art engagé ou illustrant un langage cinématographique innovant.

16 nov. 2017 | par

filmar2017
«Corpo elétrico» de Marcelo Caetano (Brésil)

Dirigé par la réalisatrice Vania Aillon, le plus grand événement culturel suisse consacré aux cinématographies latino-américaines propose quelque 80 films à découvrir dans ses diverses sections, Coups de cœur, Opera prima, Regards actuels, Ciné-musique ou Au front. Sans oublier Filmarcito, à l’intention des cinéphiles en herbe. Seize métrages concourent pour le Prix du Public et le Prix du Jury des Jeunes. Le long-métrage de Marcela Said «Los Perros/Mariana», lauréat du prix Horizontes Latinos au récent festival de San Sebastián, ouvrira ce cru 2017 en présence de son auteur, vendredi 17 novembre à 19h à l’Auditorium Arditi.

Le festival, qui se tient du 17 novembre au 3 décembre à Genève et dans quelques villes en France voisine, propose également une grande rétrospective et une conversation avec le Chilien Patricio Guzman, invité en compagnie d’une vingtaine d’autres cinéastes. Un hommage sera par ailleurs rendu à Violeta Parra, auteure, compositrice, interprète, peintre et brodeuse chilienne.

Cinq films
Au programme encore, des rencontres/débats avec des associations LGBTIQ genevoises et présentations de films. Avec le Groupe Trans Genève, «Meu corpo é político» de la Brésilienne Alice Riff. Elle suit quatre trans engagés contre la phobie du genre et l’invisibilité: Paula est enseignante, Linn slammeuse choc, Giu blogueuse et photographe de la diversité des corps. Quant à Fernando, il travaille dur pour rembourser son opération.

Avec Lestime, communauté lesbienne, «Chavela» de Catherine Gund et Daresha Kyi (Mexique/Etats-Unis). Les deux réalisatrices se sont penchées sur la vie de Chavela Vargas, icône de la chanson mexicaine, chantre avant-gardiste de l’homosexualité féminine au pays du machisme. Elles livrent le portrait d’une rebelle cabossée par la vie, qui a côtoyé des célébrités comme Frida Kahlo, Ava Gardner, ou Pedro Almodóvar.

Avec le Groupe Homoparents de l’Association 360, «A cidade do futuro» du Brésilien Cláudio Marques. Dans une petite ville au coeur des terres arides de Bahía, vivent Milla et Gilmar, respectivement professeur de théâtre et d’histoire, avec Igor, vacher. Tous trois forment une famille peu conventionnelle: Milla est enceinte de Gilmar, qui a une relation avec Igor. Refusant le conformisme de sa ville du passé, le trio va réaffirmer son identité.

Avec le Groupe Trans de l’Association 360, «Una mujer fantástica» du Chilien Sebastián Leilo, Ours d’argent à Berlin en février dernier. Jeune transgenre, Marina vit une belle relation avec Orlando, son aîné de 20 ans. Un soir, il meurt subitement et Marina subira l’hostilité de la famille sans pouvoir faire son deuil. Mais elle se battra pour retrouver force et dignité. Un film émouvant porté par d’excellents acteurs.

Avec Dialogai-Le Refuge Genève, «Corpo elétrico» du Brésilien Marcelo Caetano. Elias jongle entre son travail d’assistant styliste et de brèves rencontres avec des hommes. Entre l’usine et les boîtes de nuit de São Paulo, il va affirmer son identité et sa sexualité, en refusant de se limiter à un certain milieu.

» Festival Filmar en América Latina, du 17 novembre au 3 décembre. Plus d’infos sur: filmar.ch

Partager sur
Mise à jour 16.11.2017 08:46
618 vues

*


Sur le même thème

Top