Monde Turquie

Événements LGBTI bannis d’Ankara

Les associations ont dénoncé une mesure qui «criminalise l'existence des LGBTI» dans la métropole de 5 millions d'habitants.

20 nov. 2017 | par

ankara

Le bâillon se resserre sur les communautés LGBTI turques. Hier, le gouvernorat d’Ankara, capitale et deuxième ville du pays (5 millions d’habitants), a imposé l’interdiction de tous les événements relatifs aux LGBTI. Le décret, entré en vigueur samedi pour une durée indéterminée, s’étend aux projections de films, pièces de théâtre, tables rondes ou expositions, ceci sous le prétexte de la «sécurité publique». Les autorités invoquent ainsi le risque de heurts, mais aussi le fait que les manifestations culturelles visées porteraient atteinte à la «santé et la moralité».

Dans un communiqué commun, deux organisations LGBTI actives dans la capitale, Kaos GL et Pink Life, ont fustigé une décision «vague, ouverte à toutes les interprétations et violations, qui criminalise l’existence des LGBTI». Pour elles, le décret les empêche d’assurer leur combat contre la discrimination et les crimes de haine, et fait d’elles des cibles.

La mesure intervient quelques jours après l’interdiction d’un festival organisé avec le soutien de l’ambassade d’Allemagne.

Autoritaire
Le gouvernement islamo-conservateur de Recep Tayyip Erdogan a pris un tour autoritaire depuis les événements de Gezi, en 2013. La répression tous azimuts s’est accéléré après le putsch manqué de 2015, menant à des milliers d’arrestations et à la remise en cause des libertés fondamentales en Turquie. Parmi d’autres, la communauté gay est dans le collimateur des autorités, qui ont notamment réprimé les gay prides, dont la populaire parade d’Istanbul.

Partager sur
Thèmes
Mise à jour 21.11.2017 08:43
590 vues

*


Sur le même thème

Top